Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, est venu rassurer les intervenants régionaux en affirmant que les services de laboratoire offerts au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières allaient y demeurer.

Projet Optilab: le ministre Hébert accusé d'avoir menti

Plusieurs intervenants du monde de la santé, dont des médecins spécialistes, ont été estomaqués de voir dans Le Nouvelliste le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, affirmer que les inquiétudes soulevées dans le dossier Optilab «n'étaient pas avérées» et «qu'il n'ajamais eu l'intention de transférer des services trifluviens vers Sherbrooke».
Tout en se réjouissant de la décision annoncée mercredi, selon laquelle les services du laboratoire régional du CHRTR resteront inchangés, des médecins ont tenu à fournir la preuve que leurs inquiétudes étaient bel et bien fondées et que le ministre a en fait... changé d'idée.
Le Nouvelliste a en effet obtenu copie d'un document du ministère de la Santé et des services sociaux daté du 13 décembre 2013 et intitulé, «Outil de référence pour la constitution d'une grappe de laboratoires, sa gouvernance et son fonctionnement».
Il s'agit en fait du document qu'a reçu l'Agence de santé et de services sociaux Mauricie-Centre-du-Québec et auquel ont fait allusion toutes les personnes qui ont exprimé leurs inquiétudes dans ce dossier. On y indique que le ministre Réjean Hébert et quelques membres de son cabinet en ont aussi obtenu copie.
Il y est mentionné que le document «contient des précisions qui ont été sanctionnées par le ministère.» On y décrit la grappe de laboratoire de Trois-Rivières en indiquant qu'elle ne comprend plus le Centre-du-Québec. Un dessin illustre la grappe des laboratoires de l'Estrie, et on voit clairement qu'elle inclut les CSSS d'Arthabaska-et-de-l'Érable et de Drummond.
On ajoute plus loin que «la notion de grappe n'est pas calquée sur la géographie et la démographie des 18 régions du Québec mais plutôt sur de grands ensembles à l'intérieur de chaque RUIS.»
Plus loin, un tableau indique la composition des 14 grappes de laboratoires dont celle de la Mauricie et on voit que la grappe 04 ne contient plus les CSSS de Drummond et d'Arthabaska-et-de-l'Érable.
Un médecin qui a requis l'anonymat affirme qu'il avait toutes les raisons de s'inquiéter, que le projet était bien réel et avancé, bref que «le ministre a menti» au lieu de simplement reconnaître qu'il avait changé d'idée.