Le conseiller de Pointe-du-Lac, François Bélisle.

Projet de sablière: retiré une deuxième fois de l'ordre du jour

Une demande de changement de zonage qui aurait permis la réalisation d'un projet de sablière dans le secteur Pointe-du-Lac a été retirée, pour une deuxième fois en quelques mois, de l'ordre du jour d'une séance régulière du conseil municipal de Trois-Rivières.
L'avocat représentant le promoteur, Me Philippe Gamache.
Les conseillers ont pris cette décision en séance de travail avant la réunion du conseil qui a eu lieu lundi soir. C'est le conseiller du district, François Bélisle, qui a fait cette recommandation car il s'est fait interpeller à plusieurs reprises par des citoyens inquiets par les conséquences que pourrait avoir l'implantation d'une sablière sur leur qualité de vie.
Les résidents du secteur redoutaient notamment de voir le trafic lourd augmenter de façon considérable dans leur quartier. Cette crainte constitue par ailleurs une des principales préoccupations évoquées lors d'une assemblée publique d'information qui a eu lieu plus tôt cet été.
Surpris de voir réapparaître ce projet, et ce, après qu'il ait été retiré de l'ordre du jour de la séance du 19 juin dernier, le conseiller Bélisle a cru bon de rappeler à ses collègues du conseil que plusieurs citoyens s'étaient prononcés publiquement contre le projet.
Rappelons qu'une demande de changement de règlement de zonage a été faite par le promoteur pour réaliser ce projet de sablière entre l'aéroport et le rang Saint-Nicolas, mais dont l'accès était prévu par le rang Saint-Charles, le 6e Rang et le 6e Rang Ouest.
Alors qu'ils devaient se prononcer sur cette demande de zonage, les élus avaient écouté le cri du coeur des nombreux citoyens qui s'étaient déplacés au conseil municipal afin d'indiquer clairement leur opposition. Une pétition de plus de 90 signatures avait également été déposée.
En ce qui concerne le retour du controversé projet sur l'ordre du jour de la séance de lundi soir, le conseiller du district Pointe-du-Lac s'est fait expliquer que c'était en raison du dépôt d'une nouvelle pétition, défendant le projet cette fois. Mais selon lui, la majorité des signataires de cette pétition étaient des utilisateurs du camping Le Corral, qui ne sont donc pas des citoyens permanents du secteur.
«Nous sommes en campagne électorale et pendant mon porte-à-porte sur le 6e Rang, le 6e Rang Ouest et une partie du rang Saint-Charles je n'ai rencontré personne qui m'a dit que j'avais fait erreur [en bloquant] la sablière. [...] La Ville n'appuie pas le projet car elle écoute les citoyens du secteur. Ils sont ceux qui auraient été affectés par la situation. Pas ceux qui restent à une rue et qui ne verraient jamais de camions. Ils étaient d'ailleurs encore une trentaine ici ce soir (lundi). Ce sont eux qui auraient perdu leur coin de paradis», déclare M. Bélisle.
Par ailleurs, l'avocat représentant le promoteur, Me Philippe Gamache, a profité de la période des questions pour interpeller le conseiller Bélisle sur les raisons pour lesquelles la demande de changement de règlement de zonage avait été retirée à nouveau.
Ce dernier a rappelé qu'une pétition positive et une lettre explicative avaient été envoyées à des représentants de la Ville. M. Bélisle lui a alors simplement répondu que la décision avait été prise après qu'il eut pris le pouls de la population.
Plusieurs résidents de Pointe-du-Lac qui étaient présents ont également pris le temps d'aller remercier leur conseiller après la séance de lundi. L'un d'eux, Jean-Pierre Larouche, s'est dit soulagé de la tournure des événements.