Comme plusieurs de leurs collègues, Nicolas et Thomas Lemieux ont écouté attentivement ce qu'avaient à leur dire Chantal Pourtier et Julie Bergeron, conseillères en ressources humaines chez Marmen.

Premier Salon de l'emploi au Cégep

Le Cégep de Trois-Rivières a tenu jeudi son premier Salon de l'emploi et, selon l'organisation, on a enregistré 641 entrées, ce qui la réjouit grandement.
«On ne s'était pas fixé d'objectif. Notre but était vraiment de mettre en lien employeurs et étudiants, et on peut dire que c'est un succès sur toute la ligne», a commenté à la fermeture des portes Caroline Hamel, responsable du service de placement, du comité de parent et du Salon de l'emploi.
«Les employeurs nous ont dit qu'il y avait de la qualité chez nos étudiants, qu'ils ont fait des rencontres significatives. Les étudiants allaient vers les employeurs. Il y a vraiment eu des échanges», a-t-elle ajouté.
Dès le début de la journée, la table était mise pour un terrain propice aux rencontres et aux échanges.
«Nous sommes partis d'un besoin exprimé par les employeurs pour rencontrer les étudiants afin de combler leurs besoins de main-d'oeuvre», a rappelé la directrice adjointe aux programmes, Sylvie Doucet, qui a lancé l'idée de mettre en contact employeurs et étudiants.
«La notion même de la formation technique et la mission des cégeps nous amènent à collaborer de plus en plus avec le milieu du travail», a affirmé pour sa part le directeur général de l'établissement, Raymond-Robert Tremblay.
«Notre mandat envers le développement régional rejoint les besoins des étudiants pour acquérir de l'expérience, en stage par exemple, et ensuite se trouver un travail valorisant dans leur domaine», poursuit-il.
Pour les employeurs, il est important d'être présents dans un événement du genre. «Si tu n'es pas là, c'est sûr que tu ne gagnes rien», a commenté François Chevrette de Financière Sun Life.
«Il s'agit de montrer aux jeunes ce qui s'offre à eux au chapitre des carrières», a noté André Goudreau du groupe Investors. Une telle entreprise a à l'oeil les étudiants en Techniques en fiscalité, en comptabilité, en administration, tout en demeurant consciente que les jeunes préparent leur début de carrière.
«C'est difficile de débuter leur carrière. On est ici plus pour être un bon père corporatif. On en a, chez nous, qui ont commencé à 21 ans et qui ont une belle carrière», a relevé M. Goudreau. Chez Somavrac, on va au devant de la main-d'oeuvre. «Premièrement, on est ici pour l'embauche. Et en second lieu, c'est pour avoir une certaine visibilité en région, que les gens aient le réflexe de faire parvenir leur C.V. au groupe Somavrac», a fait savoir Andréanne Paquin.
Dès l'ouverture du Salon, on faisait savoir que la cinquantaine d'entreprises présentes avaient plus de 350 postes, qu'ils soient spécialisés, emplois étudiants, emplois d'été ou stages, à offrir aux cégépiens de la région. L'offre était variée et couvrait l'éventail de programmes dispensés par le cégep trifluvien.
«Il y a une diversité. De tous les secteurs d'activités que nous offrons au collège, nous avons couvert tous les programmes d'études dans les offres des employeurs», a fait remarquer Mme Hamel.
S'il faut en croire cette dernière, ce Salon de l'emploi du Cégep de Trois-Rivières aura des retombées. «Je souhaite que ce Salon ne soit pas la dernière édition mais plutôt une série d'événements à venir. Et on vous souhaite parmi nous l'an prochain», a-t-elle conclu.