Storm Phaneuf a fait des miracles devant le filet des Cataractes ce week-end.

Phaneuf brille et va chercher trois points

Même si la vente de liquidation bat son plein, les Cataractes continuent de gagner du terrain dans la course aux séries. En fin de semaine, la bande à Martin Bernard a profité de deux performances magiques de Storm Phaneuf pour glaner trois précieux points, obtenus grâce à une victoire de 4-2 sur les Huskies de Rouy-Noranda samedi et une défaite en prolongation de 3-2 dimanche face aux Olympiques de Gatineau.
Privés de huit réguliers, les Cataractes ont souffert durant ces deux matchs. Les visiteurs ont totalement contrôlé les échanges. Mais avec beaucoup d'opportunisme à l'offensive et un gardien en feu, les Cataractes ne sont plus qu'à six points du 16e et dernier rang donnant accès aux séries.
Ils ont même failli en retrancher un autre dimanche, quand Storm Phaneuf continuait de faire suer les Olympiques en fusillade. Auteur de 50 arrêts durant le match, l'acrobatique gardien en a ajouté huit autres dans les tirs de barrage, ne s'avouant vaincu qu'après le 11e patineur - Élie Bérubé - délégué par les représentants de l'Outaouais.
«Ce fut un bon week-end pour moi, même si ça écoeure de perdre en fusillade», soulignait Phaneuf, fier de son jeu depuis le départ de Marvin Cüpper pour le championnat du monde junior.
L'autre vedette individuelle de la rencontre pour les Cataractes a été Jérémy Auger, complice comme la veille de deux buts. Celui qui a été obtenu dans la transaction expédiant Frédérick Gaudreau à Drummondville saisit sa chance d'évoluer dans un rôle offensif. «La transaction m'a secoué, mais là, ça va bien. On me donne un rôle offensif, c'est plaisant. C'est une bonne situation pour moi ici», relatait-il.
Obtenu en matinée des Huskies, Gabriel Slight a endossé son nouveau maillot et il s'est fait remarquer en jetant les gants face à Derek Sheppard en première période.
«Je ne crois pas avoir eu la chance que je méritais à Rouyn cette année et je pense l'obtenir ici avec les Cataractes. C'est positif d'arriver dans une équipe en reconstruction. J'aime frapper, déranger l'adversaire, et si je dois jeter les gants à l'occasion, ça ne me dérange pas», soulignait le colosse de 6'3'' et  220 livres.
Le mot de la fin appartient à Martin Bernard, conscient évidemment que Phaneuf a fait la différence au cours du week-end. Il a bien hâte de retrouver tous les éléments qui habitent le vestiaire, ce qui devrait arriver pour le voyage dans les Maritimes programmé pour la semaine prochaine. 
«On va pouvoir replacer notre style de jeu, pas juste limiter les dégâts. Quand tout le monde sera de retour, on misera sur un alignement combatif, qui sera dans le visage de nos rivaux. C'est l'identité que nous sommes en train de développer.»