Francine Beaudet

Partager, donner, aider

Femme d'affaires accomplie, retraitée depuis un an, Francine Beaudet n'en a pas moins un agenda chargé. L'oisiveté? Elle ne connaît pas. Pour tout dire: ça ne l'intéresse pas. Mais pas du tout.
«Quand j'ai vu que je commençais à avoir du temps, je me suis impliquée à la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières, et depuis, ç'a n'a pas ralenti. Je suis très occupée. Je suis à la retraite, mais l'agenda est plein.
»L'amour et la passion du travail lui viennent de ses parents. «Je pense que je vais mourir en travaillant. Je le souhaite. J'ai le goût d'être active. Je n'ai pas le goût de ne rien faire. Mon père était comme ça. Je pense que j'ai ses racines et je suis contente.»
Avec son époux, Cyrille Côté, elle a développé une entreprise florissante: le Centre des roses. Parallèlement à leur réussite professionnelle, elle a cultivé une générosité qui l'a amenée à partager avec les autres en donnant et en les aidant.
«J'ai reçu de belles valeurs: l'entraide et le don de soi», note-t-elle au passage. «Quand on était jeune, il y a toujours eu des oncles et des tantes qui venaient à la maison. On a toujours eu un partage familial. Notre entreprise a toujours été familiale, et on dirait qu'on a continué comme ça avec les enfants.»
Au fil des années, Mme Beaudet a maintes fois donné des fleurs à divers organismes de la région. Pour elle, la question ne se posait même pas. «Mes parents m'ont montré à donner dans la vie. J'ai été élevée comme ça. Mon père avait une épicerie dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, et le samedi, pour remercier la vie, il allait porter pour 100 $ d'épicerie à un organisme. Ç'a été ma leçon de vie. J'ai tellement reçu que je redonne», raconte-t-elle.
Outre son implication à la Chambre de commerce, elle fait partie d'un regroupement de six femmes d'affaires, les Diamants roses, qui se voient une fois par mois pour parler business. «On partage autant nos bons coups que nos mauvais. Et quand l'une d'entre nous vit une difficulté, on l'aide. On se donne des outils, on se stimule. C'est intéressant et motivant», indique-t-elle.
Tout comme ses parents dans l'épicerie familiale, Mme Beaudet a fait équipe avec son époux dans leur commerce de fleurs. Maintenant, leurs deux filles sont propriétaires de l'entreprise. Et avec le commerce vient la notion de partage. «Elles font la même chose: elles partagent, elles aident. C'est plaisant parce que ça se transmet», se réjouit notre Tête d'affiche.
Avec toute la connaissance et l'expérience qu'elle a accumulées au fil de ses 38 années en affaires, elle a commencé il y a trois ans à faire du mentorat auprès de gens qui comptent une couple d'années au sein de leur entreprise, et elle adore ça.
«La Chambre de commerce m'a permis de développer le mentorat. C'est quelque chose que je ne connaissais pas. Mais j'aurais aimé pouvoir bénéficier d'un tel service. Et ces dernières années je me disais que j'aimerais aider les gens. Mais je ne savais pas comment. Avec le mentorat, je suis au meilleur endroit pour aider. Ça me passionne de voir que je peux aider quelqu'un à réussir. Ça fait vraiment partie de mes tripes.»
À chaque mois, elle rencontre ses cinq mentorés avec qui elle discute et échange. «J'ai appris qu'il faut écouter. On a deux oreilles pour entendre et une bouche pour parler. Donc, on écoute, on écoute, et après on partage avec eux», illustre-t-elle. «Après six mois avec eux, je vois leur cheminement, je sens la réussite, parce que ce sont des gens qui veulent réussir: pour moi c'est un beau cadeau.»
Chose importante dans la vie pour Francine Beaudet, elle mise sur les belles rencontres qui croisent sa route. «Quand je me lève le matin, je demande toujours d'avoir les bonnes personnes sur mon chemin. Ça, c'est primordial, parce que je me dis que de belles rencontres, ça fait ma journée. Des fois, ça peut simplement être un geste. Mais je me dis que juste par cela, j'ai rendu quelqu'un heureux. Et cela aussi, je le partage avec mes mentorés. Je leur dis: Mettez toujours les bonnes personnes sur votre chemin et automatiquement vous allez réussir''.»
Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.