Marc H. Plante

«On va lui remettre son ticket de train vers Québec»

«Je salue notre visiteur, notre touriste, M. Lahaie. Je lui souhaite une bonne campagne. On va travailler, je crois, sur les vraies affaires et malheureusement on va lui remettre son ticket de train vers Québec.»
Marc H. Plante est résolument en mode électoral. Lors de l'inauguration de son local électoral, lundi à Louiseville, le candidat du Parti libéral du Québec s'est fait un devoir de rappeler que Patrick Lahaie, son adversaire péquiste, vient de l'extérieur de la circonscription de Maskinongé.
Acclamé par environ 70 personnes, celui qui veut succéder à Jean-Paul Diamond a insisté sur le fait qu'il est né à Sainte-Angèle-de-Prémont et qu'il habite à Louiseville.
«J'ai eu le plaisir de vous côtoyer pendant 32 ans. Je connais le comté, les intervenants. Il faut travailler avec eux pour développper le comté», déclare M. Plante.
Ce dernier qui croit que le fait d'être un gars de la place est un avantage même si Berthier-Maskinongé a élu Ruth Ellen Brosseau, une candidate parachutée qui a profité de la vague orange en 2011 pour devenir députée néo-démocrate.
«Le PQ dit que la Mauricie est une priorité... Je ne pense pas que pour le NPD, la région était une priorité», analyse M. Plante, en affirmant qu'il connaît des gens de la circonscription qui auraient été de bons représentants pour le PQ.
Selon le candidat libéral dans Maskinongé, la préservation des soins de santé au sein du territoire et la mise sur pied d'un programme d'aide pour favoriser la relève agricole ou l'achat d'une ferme (un volet du programme du PLQ qui sera annoncé sous peu) sont des enjeux majeurs dans la présente campagne électorale. Mais le sujet qui se glisse en tête de la liste des priorités de Marc H. Plante est la création d'emploi. Il veut miser sur les forces des intervenants économiques du milieu et il a l'intention de travailler en collaboration avec eux.
«Mon obsession n'est pas la souveraineté, c'est l'emploi. On a deux atouts: le parc industriel régional et un incubateur industriel. Si on travaille main dans la main, on va attirer des entreprises. Il s'est perdu 12 000 emplois l'an dernier en Mauricie. On a perdu 26 000 emplois le mois dernier au Québec. Il faut stopper ce gouvernement. Personne ne me parle de la charte. Mais on me parle de quelqu'un qui a perdu son emploi, on me parle des maisons qui sont mises en vente.»
Diamond organisateur
Jean-Paul Diamond vit ses derniers jours à titre de député libéral de Maskinongé. S'il ne participe pas à cette élection en tant que candidat, il est très près de l'action, car il est l'organisateur en chef de la campagne de celui qui est son attaché politique.
«On a 450 bénévoles dans le comté, prêts à nous aider. Marc est un gars de terrain, un gars qui connaît les dossiers. Mais une élection, ça se gagne chaque jour. Il faut que tu travailles et on va travailler.»