Négos de la dernière chance à Saint-Roch

La direction de la scierie de Kruger de Saint-Roch-de-Mékinac et le syndicat qui représente les 125 travailleurs de l'usine doivent se rencontrer vendredi. Cette rencontre de la dernière chance pourrait bien permettre d'éviter la grève.
Les pourparlers de cette semaine, qui ont eu lieu après que 53 % des syndiqués eurent refusé le week-end dernier l'entente de principe, auront finalement porté fruit.
Rappelons que les questions des horaires de travail et du salaire sont au coeur des préoccupations des syndiqués qui ont refusé cette entente conclue entre leur syndicat et la direction de Kruger.
«S'il y a une rencontre, c'est qu'il y a une ouverture des deux côtés», souligne Jocelyn Gélinas, le conseiller syndical de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD).
Peu importe les résultats de cette rencontre, les travailleurs sont conviés à une assemblée générale demain matin. D'ici là, le mandat de grève du syndicat, adopté par 100 % des membres, est sur la glace.
«Par contre, s'il n'y a pas de règlement d'accepté samedi, c'est certain que nous serons dans la rue lundi», précise M. Gélinas.
Le syndicat continue toutefois de se préparer pour un éventuel conflit de travail. Une roulotte devrait d'ailleurs bientôt faire son apparition devant la scierie de Saint-Roch-de-Mékinac.