À la fin de son discours, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a présenté les membres du conseil municipal aux gens d'affaires. Sur la photo, il est donc entouré de Josette Allard-Gignac (Almaville), Martin Asselin (des Boisés), Serge Aubry (des Montagnes), Nancy Déziel (de la Rivière), Guy Arseneault (Val-Mauricie), Lucie DeBons (du Rocher), Alain Lord (de la Cité) et Jean-Yves Tremblay (des Hêtres).

Michel Angers livre son bilan en terrain allié

Pour son dernier bilan annuel du mandat en cours devant les membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan jeudi midi, le maire, Michel Angers, a eu droit à une écoute attentive des quelque 120 participants, à de chaleureux applaudissements et à l'appréciation du travail de son équipe par le président de l'organisation, Mario Lamontagne.
Bref, les gens d'affaires présents lui ont démontré qu'il se retrouvait en terrain allié, preuve que son étoile n'a pas beaucoup pâli auprès d'eux alors qu'il sollicite un troisième mandat.
Comme il en a pris l'habitude, M. Angers a profité de cette première activité de l'année de la CCIS pour revenir sur les douze derniers mois, en plus d'annoncer quelques projets pour 2017.
À ce sujet, il s'est avancé un peu plus sur son projet de marina municipale sur les terrains de l'ex-usine Laurentide, près du pont de Grand-Mère, et sur un nouveau projet audacieux, soit un centre d'entrepreneuriat... social.
M. Angers rappelle que le balisage de la rivière Saint-Maurice oblige pratiquement la Ville à inaugurer une structure d'accueil digne de ce nom pour les plaisanciers et les touristes. 
«Tout le monde sait qu'on a besoin d'une marina du côté de Grand-Mère», convient-il.
«L'opportunité sur la friche industrielle s'est ouverte à nous. En plus d'être un point de départ et d'arrivée sur ce passage de 125 kilomètres, ça créera aussi, dans ce secteur, une effervescence. Ça revalorisera toute la partie des 2e, 3e et 4e Rues, un peu dévitalisée. On pense que ça aura un effet d'entraînement.»
Des plans ont déjà été conçus pour cette marina et le maire assure qu'ils annoncent des investissements importants. Il n'a pas voulu en dire plus pour le moment, car une demande d'aide financière sera déposée très bientôt à la ministre du Tourisme, Julie Boulet, qui s'adonne à être la députée de Laviolette, où le bâtiment est prévu. Il prévoit présenter le projet à la population au printemps.
En ce qui concerne le centre d'entrepreneuriat social, il s'agit d'un concept inspiré de la transformation de l'ancienne Wabasso. 
«Nous avons 18 mois de travail là-dessus», avance le maire. «On réfléchit toujours la façon dont nous pourrons fédérer l'ensemble des organisations vers un point commun. Est-ce que ce sera un centre d'entrepreneuriat social virtuel ou réel?»
M. Angers mentionne que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec participe aux discussions, de même que le Conseil d'orientation et de mobilisation des partenaires locaux pour l'intervention des communautés de l'Énergie.
«On continue notre réflexion qui nous amènera peut-être vers quelque chose qui n'existe pas», rêve le maire. 
«L'objectif serait de s'entreprendre dans la vie, tout simplement, pour une clientèle plus vulnérable, plus démunie. On souhaite travailler avec ces gens, les entendre, les écouter, voir quelles opportunités on peut avoir avec eux et concerter des actions.»
À plus court terme, les investissements pour l'approvisionnement en eau potable et pour l'assainissement des eaux usées du secteur Lac-à-la-Tortue mobiliseront particulièrement l'hôtel de ville cette année.
Le maire s'est permis une touche humoristique dans le dossier des équipements supralocaux, en soumettant qu'il trouvait plus intéressant de parler de ce sujet dans ses perspectives 2017 que dans son bilan 2016!
Le nouveau programme d'accès à la propriété annoncé cette semaine, la réingénierie à l'hôtel de ville, l'arrivée de Nemaska Lithium et le développement du site de l'ancienne aluminerie font aussi partie des priorités.
Dans son retour sur 2016, M. Angers retient particulièrement «l'explosion» au DigiHub et au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins. 
«On nous regarde partout à travers le Québec», soutient-il.
Le maire est revenu sur les principaux investissements réalisés au cours de la dernière année, notamment les travaux sur l'avenue de Grand-Mère et au parc du Rocher. Il a expliqué à nouveau sa stratégie de réduction de la dette et a parlé des diverses initiatives pour le développement économique de la ville.
Comme l'an dernier, M. Angers a profité de sa tribune pour saluer le travail de ses collègues autour de la table du conseil. Il tient à faire savoir que l'unité du groupe n'empêche pas les échanges qui, au bout du compte, favorisent le développement harmonieux de Shawinigan. Cette fois, le maire a pris le temps non seulement de présenter chaque conseiller, mais aussi de détailler leurs implications dans leurs nombreux comités.