Martin Bernard s'attend à ce que ses joueurs se défoncent même si la logique donne l'avantage au Drakkar.

Martin Bernard: «On ne peut pas être plus négligé que ça»

Comme récompense pour avoir gagné cette longue et éreintante course aux séries, les Cataractes doivent se mesurer au premier tour avec l'équipe la plus puissante de la LHJMQ!
Le pilote de l'équipe, Martin Bernard, n'évoque même pas la possibilité de créer une surprise, il demande simplement à ses hommes de tout laisser sur la glace à chaque fois qu'ils vont y placer les patins afin de se mesurer au Drakkar.
«On peut pas être plus négligé que ça! Le Drakkar s'est bâti pour aller au bout, gagner à la fois la Coupe du Président et la Coupe Memorial. Nous, on a traversé de l'adversité en restant concentré sur le présent, alors on va garder la même recette. Une rencontre à la fois, avec le focus sur nos tâches à accomplir», souligne Bernard.
«L'idée, c'est de compétitionner, de provoquer des matchs serrés puis tout faire pour qu'ils basculent de notre bord. Je ne veux pas qu'il y ait de regrets à la fin des matchs. Pour le reste, c'est une belle occasion de mettre en valeur notre apprentissage de la dernière année en jouant des matchs de séries contre un club mature, talentueux et robuste.»
Il y a eu des étincelles entre les deux camps lors de leurs rendez-vous hivernaux. Le ton a même monté entre Bernard et Veilleux, ce qui n'empêche pas le pilote des Cataractes de sortir le violon quand il parle de son homologue. «Je suis sûr qu'Éric va bien préparer son club. Il est très structuré, il a de l'expérience... Éric, je le respecte énormément, et j'aime jaser avec lui durant la saison morte. En situation de match, chacun défend son équipe. Ça va peut-être d'ailleurs être plus émotif pour lui que pour nous, cette série-là...»
Bernard sait qu'il s'attaque à toute une machine de hockey. La défensive du Drakkar est la plus pingre du plateau, l'offensive mitraille les gardiens adverses de tirs. Il s'attend à ce que Marvin Cüpper soit ciblé.
«On veut plus contrôler d'où viennent les tirs plutôt que le nombre. Le Drakkar a toujours dominé ses rivaux dans les lancers, ça fait partie de son ADN de mettre des rondelles au filet. Ceci étant dit, j'ai entièrement confiance que les arbitres vont protéger Marvin. Les gardiens doivent bénéficier du même genre de protection que les quarts au football. Tous les arbitres qui vont travailler dans la série vont être conscients que Marvin sera la cible à abattre du côté du Drakkar.»
Le principal intéressé ne s'en fait pas du tout avec ce qui l'attend ce soir. «Ils vont essayer de me déconcentrer, ils n'y arriveront pas. Je vais tout faire pour garder le même niveau de performance des dernières semaines. Mais, en séries, ce n'est pas l'affaire d'un, deux ou trois joueurs. Il faut que tout le monde contribue. Tous les joueurs sur la glace peuvent faire la différence. Si on tire tous dans le même sens, nous avons une chance. On n'a pas de pression, on a accompli notre but en faisant les séries. Les prochains matchs nous offrent une belle opportunité d'acquérir encore plus d'expérience pour les prochaines années.»