Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, déplore que le ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, n'a pas voulu dévoiler la date précise à laquelle Silicium Québec se verra consentir une tarification privilégiée afin de l'aider à concurrencer FerroAtlántica.

Martel déplore la mollesse du ministre Daoust dans le dossier de Silicium Québec

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a déploré, jeudi, ce qu'il a appelé «la mollesse» du ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, alors que ce dernier n'a pas voulu dévoiler la date précise à laquelle son gouvernement serait prêt à consentir une tarification privilégiée à Silicium Québec afin de l'aider à concurrencer FerroAtlántica.
Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.
Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust.
Furieux, le député a maintenant l'intention d'appeler en renfort ses collègues libéraux pour faire fléchir le ministre. «Donald Martel, ça fait longtemps qu'il crie tout seul dans ce dossier, rappelle-t-il. Il y a trois députés libéraux dans Trois-Rivières or, la majorité des employés de Silicium Québec viennent de Trois-Rivières. Je dis à ces députés: aidez-moi! On ne peut accepter la position du ministre de retarder la réponse de plusieurs années car l'entreprise a des projets d'investissement à moyen terme et elle a besoin d'une réponse avant de s'engager davantage.»
C'est dans le cadre de l'étude des crédits budgétaires 2014-2015, du ministère de l'Économie, de l'Innovation et de l'Exportation, que M. Martel a demandé au ministre de confirmer son engagement de consentir à Silicium Québec des avantages similaires à ceux offerts à l'entreprise qui ouvrira ses portes à Port-Cartier d'ici trois ans. L'objectif du député était de s'assurer que les conditions offertes à l'entreprise espagnole ne viendront pas mettre en péril la viabilité des activités de Silicium Québec qui emploie plus de 160 personnes dans le parc industriel de Bécancour.
«Je n'ai malheureusement pas eu les réponses que j'attendais. Le ministre a affirmé du bout des lèvres qu'il verrait à ajuster le taux d'électricité si cela devenait nécessaire. Aucun autre engagement de sa part. J'ai trouvé que ça manquait de conviction et d'intention. Le plus inquiétant, c'est ce qu'il a dit au sujet des tarifs d'électricité, soit qu'on verra dans 3-4 ans. Or Silicium Québec été clair en réclamant des propositions rapidement.»
À nouveau, le député a dénoncé le fait que le ministre ne semble même pas reconnaître que le congé fiscal et le tarif préférentiel offerts à FerroAtlántica représentent des avantages très importants dans un marché extrêmement compétitif.
«J'en conclus que la bataille pour la survie des emplois à Silicium Québec de Bécancour est loin d'être terminée.»