C'est maintenant au tour du Secrétariat général de l'UQTR d'essuyer la critique.

L'UQTR ouvre le poste de vice-recteur aux ressources humaines

Le conseil d'administration de l'Université du Québec à Trois-Rivières a adopté, lundi soir, une résolutionvisant l'affichage du poste device-recteur aux ressources humaines.
Il s'agit du seul des quatre postes de vice-recteurs qui ne soit pas encore comblé.
Rappelons que l'ancien vice-recteur, Martin Gélinas, avait démissionné en 2013, avant la fin de son contrat, après avoir occupé ce poste pendant cinq ans.
Le départ de M. Gélinas ne s'était pas fait dans l'harmonie. Ce dernier est en effet accusé de harcèlement criminel à l'endroit de Guylaine Beaudoin, la directrice des communications de l'UQTR, pour des gestes qui auraient été commis entre mai 2011 et mars 2013. Il fait aussi face à une seconde accusation, soit bris de promesse, toujours relativement à son ancienne collègue de travail.
La date du procès n'a toujours pas été fixée.
C'est toutefois dans ce contexte plutôt dramatique que l'UQTR avait décidé, en décembre dernier, de ne pas renouveler le contrat de sa directrice des communications.
Guylaine Beaudoin est partie de l'Université et attend depuis le dénouement des procédures intentées contre M. Gélinas.
L'intérim du poste de vice-recteur aux Ressources humaines est occupé depuis décembre 2012 par Gilles Charland, un ancien sous-ministre adjoint et ancien vice-président aux ressources humaines et communications du Fonds de solidarité FTQ.
Le choix du futur vice-recteur sera fait par un comité de sélection composé de la rectrice, Nadia Ghazzali, d'Éliane Moreau, professeure, de Carole Neill, à titre de chargée de cours, de Denise Béland, qui représente l'ensemble des personnels non enseignants, d'Yves Tousignant, président du conseil d'administration, à titre de personne choisie parmi les représentants des membres socioéconomiques du conseil d'administration, des diplômés et des cégeps, de Johanne Giguère, cadre supérieure désignée par le conseil et, d'office, du secrétaire général qui n'aura toutefois pas droit de vote.