Luc Trudel a lancé sa campagne électorale jeudi.

Luc Trudel sollicite un mandat clair pour son parti

Le candidat du Parti québécois dansSaint-Maurice, Luc Trudel, trace un bilan positif de ses 18 mois comme député de cette circonscription et il demande un mandat fort pour son parti afin de poursuivre le travail amorcé le 4 septembre 2012.
«Je confirme ce matin (jeudi) à la population du comté de Saint-Maurice que je sollicite un nouveau mandat, que j'ai besoin d'un mandat clair. Je veux avoir les coudées franches pour pouvoir continuer le travail. Les défis sont gigantesques, et le potentiel l'est aussi. Mais on a besoin d'un mandat clair pour pouvoir s'y attaquer», réitère-t-il.
M. Trudel est aussi à la recherche, pour son parti, de temps pour accomplir la tâche qui attend le prochain gouvernement. Et le temps vient avec la majorité. «On ne peut pas réussir à relever tous les défis quand on a devant nous une menace d'élections aux trois mois. On a besoin d'un peu plus de stabilité. Je demande aux gens deSaint-Maurice, de la Mauricie, de nous donner le temps de gouverner. Donc, de nous donner une majorité», ajoute-t-il.
Le principal intéressé met l'emploi à l'avant-plan de ses priorités. «Je suis fier de représenter les gens de mon comté qui ont misé sur ma jeunesse, mon expérience et ma connaissance des dossiers, et je ferai campagne encore pour que les gens du comté aient du pain et du beurre sur leur table», renchérit-il, en reprenant son thème de 2012.
M. Trudel a dressé une liste des dossiers sur lesquels il s'est penché durant les 18 derniers mois. Il cite entre autres le Centre entreprenariat de Shawinigan, qui a bénéficié d'une aide financière de 2,2 millions $ de Québec, l'eau potable, les annonces d'investissements chez Movex et Zadbed, l'aide gouvernementale de 5 millions $ pour la création de 100 emplois à AddÉnergie, ainsi que la tenue du caucus du PQ, il y a quelques semaines, qui a coïncidé avec une pluie d'annonces d'aides gouvernementales dans la région.
«Au-delà des annonces, il y avait également une reconnaissance des besoins de Shawinigan et de la Mauricie», relève-t-il.
Évidemment, M. Trudel n'oublie pas Rio Tinto Alcan dans son énumération. «Ç'a été un très gros dossier qui traînait depuis très longtemps. Ç'a été une décision difficile. Mais on a vu une ville de Shawinigan, une population, des travailleurs, une entreprise faire preuve d'une très grande maturité. On devait accepter la réalité, il ne fallait pas être fataliste, mais c'était une réalité difficile à prendre. Michel Angers et moi avons décidé, avec la direction de Rio Tinto Alcan, de travailler ensemble, de concert. On va accepter les décisions qui devaient être prises et sur lesquelles on n'avait pas de contrôle et trouver une façon de travailler pour lancer l'économie de la région», plaide le candidat péquiste dans Saint-Maurice.
Sur ce dernier point, il fait allusion à des dossiers comme celui avec Sotrem qui ne sont pas confirmés mais qui sont de bonne augure.
Comme tout le monde, M. Trudel a lu, dans Le Nouvelliste de jeudi, les attentes du maire Angers. «J'ai pris connaissance de sa liste d'épicerie, et le maire Michel Angers a oublié plusieurs dossiers. Durant la campagne, je vais prendre des engagements dans différents secteurs d'activités, et on va en rajouter. Parce que ce sont des dossiers majeurs et importants, et mes ambitions sont beaucoup plus grandes, pour Saint-Maurice et pour toute la Mauricie.»