Trois programmes animent la fontaine du centre-ville.

L'histoire par l'eau et la lumière

Depuis que la place Pierre-Boucher a fait l'objet d'une réfection complète en 2013, la fontaine qui ceinture le célèbre flambeau attire les regards. Même si la simple manifestation des jets d'eau et des lumières suffit à émerveiller les promeneurs, il est aussi intéressant de savoir que les enchaînements évoquent des tableaux rappelant des moments marquants de l'histoire trifluvienne.
Trois programmes animent la fontaine du centre-ville. Le premier, celui qui est placé pratiquement toute la journée (de 6 h à 11 h et de 14 h à 17 h) sert à orienter le marcheur. La progression des jets reproduit la déambulation des promeneurs autour de ce site patrimonial.
Le second programme arrive en fin de soirée, soit entre 21 h 30 et 23 h et il se veut festif. D'une durée de 20 minutes, l'enchaînement allie jets en hauteur et couleurs, le tout accentué par des mouvements rapides pour créer du rythme. On souhaite ainsi provoquer une sorte de «wow» rappelant la magie des feux d'artifice.
Mais le programme le plus complet a pour mission de faire «sens avec le lieu» en illustrant différents pans de l'histoire trifluvienne. Il a demandé aux différents intervenants de la Ville de Trois-Rivières et à la firme Soucy Aquatik, des spécialistes en fontaine, un travail de plusieurs heures, «pendant quelques nuits», précise la directrice des arts visuels à la Ville de Trois-Rivières, Marie-Andrée Levasseur.
Question de mettre en valeur les efforts déployés et expliquer à la population le sens des tableaux créés, une brochure a été publiée en juin par la Ville et la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières.
Ainsi, ce programme à saveur historique d'une durée de 30 minutes est présenté, en alternance avec les autres mentionnés plus tôt, entre 11 h et 14 h, 17 h et 21 h 30 et 23 h et 1 h. «La technologie utilisée permet de faire pratiquement ce que l'on veut en termes de hauteur des jets, des rythmes et de couleurs. On a voulu se servir de cet outil pour donner un sens à ce qui était présenté», mentionne Mme Levasseur.
On utilisera, par exemple, des jets de couleur brunâtre d'une hauteur moyenne pour rappeler la ville fortifiée qu'était Trois-Rivières, les jets rappelant les pieux de bois. Le grand incendie de 1908 qui a ravagé une partie du centre-ville est présenté par des jets d'eau, teintés d'une lumière orangée, qui débutent lentement mais prennent de l'ampleur après quelques secondes, montrant la force des flammes. S'ensuit une accalmie de l'eau dont les couleurs multiples et les jets retenus dessinent des lampions, faisant référence à la première église paroissiale qui a brûlé lors du grand feu.
La reconstruction imposée qui a suivi cet événement marquant se retrouve aussi illustrée par les jets d'eau qui s'accélèrent et varient en hauteur pour référer aux nouveaux édifices qui ont été érigés et qui ont donné le coup d'oeil architectural de la ville.
Par la suite, un enchaînement de tableaux évoque deux événements qui ont marqué l'histoire du monde: les deux Grandes Guerres. Un effet stroboscopique des jets colorés en rouge transforme l'eau en coups de feu répétitifs et en coups de canons. Dix secondes d'arrêt complet de l'eau viennent marquer la fin de la guerre et l'espérance de la paix. Pourtant, l'histoire aura voulu une autre guerre mondiale qui est montrée à la fontaine par le rouge encore et des jets à pleine hauteur. Cette guerre, où les moyens sont plus grands, prend vie par des effets saccadés qui ajoutent pratiquement le son de l'artillerie lourde.
Le cycle qui vise à faire sens avec le lieu se termine par la mise en relief des couleurs actuelles du logo de Trois-Rivières, soit le bleu, le vert et le blanc. Tout est mis en oeuvre à ce moment pour mettre en valeur le flambeau qui commémore le tricentenaire de Trois-Rivières et rend hommage à la jeunesse trifluvienne de 1634 ainsi qu'à ceux qui ont participé au développement de la ville.
Tous les marcheurs de la place Pierre-Boucher n'ont peut-être pas conscience de ce qu'évoquent les différents enchaînements des jets de la fontaine, mais la publication de la brochure a pour but d'en faire une plus large diffusion. Celle-ci est disponible au Centre d'exposition Raymond-Lasnier, à la Maison de la culture de Trois-Rivières, au bureau d'information touristique, à l'hôtel de ville, au manoir Boucher de Niverville, à la Galerie d'art du Parc, au Musée des Ursulines, au Musée québécois de culture populaire, au Musée Pierre-Boucher, à l'hôtel des Gouverneurs et à l'hôtel Delta.