À peine âgée de 30 ans, la Trifluvienne Laurence Bareil a animé une dizaine d'émissions sur plusieurs chaînes télévisées.

Les univers multiples de Laurence Bareil

Au fil des émissions qu'elle a animées, Laurence Bareil a visité les plus beaux endroits des Antilles, cuisiné avec un chef, suivi des rénovations de maison, assisté à des redécorations et récemment, s'est présentée comme la «Reine du shopping». Portrait d'une trifluvienne qui a tracé son chemin en étant «à la bonne place au bon moment», mais aussi grâce à son audace.
Du plus loin qu'elle se souvienne, Laurence Bareil a souhaité être animatrice de télévision. «Ma mère me répétait que si je voulais faire de la télévision, il fallait que je le dise parce que les gens ne pourraient pas le deviner», raconte la jeune femme qui a obtenu son premier contrat à la télé à l'âge de 17 ans. C'est justement en exprimant ses ambitions qu'elle est entrée à CHEM Télé 8, à peine diplômée du Collège Marie-de-l'Incarnation.
Hôtesse dans un restaurant du centre-ville, elle donnait de ses nouvelles à des clients, un couple d'amis de ses parents qui ne l'avaient pas vue depuis longtemps. «Je leur disais que je voulais devenir animatrice de télé. À la table d'à côté, il y avait deux gars aux ventes à CHEM Télé 8. Ils m'ont entendue et m'ont donné un numéro de téléphone en me disant: ''Appelle là''», raconte-t-elle.
L'après-midi même, Laurence Bareil composait le numéro, pour se faire annoncer qu'on recherchait quelqu'un pour animer des capsules touristiques pour l'émission Ça se passe en Mauricie. «J'ai pris mon bicycle et je suis allée porter mon cv. Deux jours plus tard, je passais le screen test et quelques jours après, j'étais en ondes!», se souvient celle qui a animé ces capsules pendant trois étés.
Après son DEC en arts, lettres et communications du Collège Laflèche, Laurence s'est dirigée vers Montréal, où elle a étudié à l'UQAM et a suivi la formation en télévision et radio de l'école Promédia.
Puis la jeune femme a une fois de plus pris le téléphone pour offrir ses services, cette fois au Canal Évasion à Montréal. «Je me suis présentée et j'ai dit que je faisais des capsules touristiques en Mauricie et que je pouvais faire quelque chose de semblable dans une de leurs émissions. J'ai envoyé un démo, ils m'ont rappelée, j'ai passé le screen test avec 12 autres filles et on m'a choisie!» Ainsi s'amorçait sa carrière montréalaise.
Laurence Bareil a successivement animé Tous les chemins mènent à l'art à Évasion et Aventure Caravaning à RDS avant de prendre la barre de Soleil tout inclus à Évasion, en 2008. C'est via un agent qu'elle allait obtenir ce contrat, prolongé jusqu'à récemment.
«J'étais un peu réticente à l'idée de faire une émission en maillot de bain. Mais comme on allait dans des endroits de soleil...! Finalement, j'ai vu qu'il y avait moyen de faire une émission en maillot bain et de rester de bon goût. C'est l'émission dont on m'a le plus parlé», indique-t-elle.
À la chaîne spécialisée CASA, elle a aussi animé l'émission de rénovations SOS Proprios et celle dédiée à la décoration, SOS Déco. Les Productions J ont également requis ses services pour Star Académie en prolongation et la série Montréal-Québec.
La Reine du shopping
C'est en travaillant à l'émission Qu'est-ce qui mijote, d'abord comme chroniqueuse puis comme coanimatrice, qu'elle a rencontré celui qui allait devenir son mari, Alexander Bain (le créateur de l'émission). C'est avec lui qu'elle a développé le concept de La reine du shopping, le premier projet télévisuel dans lequel elle s'est impliquée de A à Z.
«On voulait faire un projet ensemble, Alex et moi, quelque chose à mon image. Le magasinage me coule dans les veines. Contrairement à la majorité des filles, je ne cache pas mes achats quand je reviens de magasiner. Je les montre!», mentionne la pétillante jeune femme qui assume ses achats, toujours étudiés et mûris en fonction des prix et des caractéristiques des items.
«On a développé le concept de shopping intelligent, et on a voulu le partager. Tout le monde a une réalité financière. Il faut arriver à conjuguer notre passion pour la mode et notre budget. C'est génial aussi de pouvoir donner des conseils à toutes les filles, peu importe leur poids et leur taille. Des gens m'ont dit que j'avais influencé leur manière de magasiner», partage l'animatrice de l'émission de 13 épisodes entrée en ondes en septembre dernier.
«J'ai grandi énormément avec ce projet. J'ai appris plus que dans mes dix dernières années de carrière. Ça m'a apporté beaucoup, de créer une émission de télé du début à la fin. C'est gratifiant», conclut la communicatrice qui tient aussi un blogue regroupant ses intérêts et ses passions (laurencebareil.com).
Les coups de coeur de Laurence
DEUX DES PLUS BEAUX ENDROITS DANS LES ANTILLES
❤ Antigua, pour ses plages et ses montagnes. «Quand j'y suis allée, j'ai vu l'éruption d'un volcan».
❤ La Jamaïque, pour des raisons plus sentimentales. Son époux est de descendance jamaïcaine et récemment, le couple a visité le cimetière où sont inhumés ses ancêtres.
DEUX RECETTES PARMI SES FAVORITES
❤ «Les puttanesca sont les meilleures pâtes. Tu y mets tout ce que tu as dans ton frigo. Pour recevoir, c'est toujours un succès.»
❤ «Je fais aussi un bon rôti de palette au tamari et sirop d'érable, de Ricardo! Ça demande peu d'ingrédients et c'est facile!»
DEUX ÉLÉMENTS DE DÉCORATION ESSENTIELS
❤ «Ce n'est pas vraiment de la décoration, mais pour moi, la disposition des meubles est très importante pour que je me sente bien dans une pièce».
❤ «Sinon, je parlerais des rideaux. J'ai des rideaux à pinces, et il faut absolument que les pinces soient à intervalles régulières, que le rideau soit ondulé égal! Ça peut avoir l'air TOC (trouble obsessionnel compulsif)!
DEUX PLUS BEAUX ENDROITS AU QUÉBEC
❤ «La Mauricie, que j'ai tatouée sur le coeur. Je voudrais être porte-parole de la région!»
❤ «Québec. J'aime ça comme touriste. Et quand j'y vais, je vois mon père. Et quand je viens à Trois-Rivières, je vois ma mère. Alors ce doit être une raison pourquoi ce sont mes endroits préférés».
DEUX PRINCIPES DE LA CONSOMMATION INTELLIGENTE DANS LA MODE
❤ «Ne jamais amener en cabine un vêtement trop cher pour nous, parce que c'est sûr qu'il va nous faire!»
❤ «Lire le bon étiquette, soit celui de la composition du vêtement et non celui de la marque»