Les gros ténors des Remparts s'amusent

Quand tu veux causer une surprise face à une équipe nettement plus talentueuse, ça te prend un effort soutenu, beaucoup d'opportunisme, un coup de main de ton jeu de puissance et un gardien au sommet de son art. Les trois dernières clés ont échappé aux Cataractes dimanche face aux puissants Remparts, qui ont donc signé un gain relativement facile de 6-1.
Les Remparts ont beau avoir été dominés 40-33 au chapitre des tirs au but, ils ont dominé les échanges. Les meilleures chances de marquer, ce sont les visiteurs qui en ont bénéficié. Meurtriers lorsque les Cataractes commettaient un revirement, habiles pour se fabriquer eux-mêmes des filets dignes des bulletins de télé, les patineurs de la Vieille Capitale ont offert une clinique offensive aux quelque 3000 personnes réunies au Centre Gervais Auto.
Anthony Duclair en a profité pour devenir le premier joueur de la LHJMQ à franchir le plateau magique des 50 buts cette saison. Duclair a passé l'après-midi à faire ce qu'il voulait avec la rondelle et, dans les circonstances, les Cataractes peuvent se compter chanceux de l'avoir limité à un but. Mikhail Grigorenko a eu plus de succès avec Storm Phaneuf, qu'il a déculotté en première sur une échappée et qu'il a battu deux autres fois en troisième pour compléter son truc du chapeau.
L'autre fossoyeur des Shawiniganais fut Olivier Archambeault, auteur de deux buts et deux passes. S'il a paru faible sur le but de Gabriel Slight en première, Callum Booth s'est drôlement bien repris par la suite. Mais, pour être honnête, la grande majorité des tirs des Cataractes ont été accordés loin de la zone payante.
Ce verdict sans appel aurait pu toutefois être bien différent si les officiels avaient appelé le coup de genou d'Adam Chapman sur Félix-Antoine Bergeron en fin de deuxième période. La marque était alors de 3-1, et les Cataractes venaient de bien paraître à leurs deux dernières présences en avantage numérique. Qui sait ce qui aurait pu se produire avec une majeure infligée aux visiteurs... Or non seulement les arbitres ont raté le geste de Chapman, mais les Cataractes sont repartis de la mêlée qui a suivi avec un désavantage numérique... Les Remparts ont alors fait ce qu'il fallait pour fermer les livres.
«C'était un coup de genou, c'est définitif. Les arbitres vont revoir la séquence, ils sont conscients qu'ils ont raté le jeu. C'est aberrant qu'on sorte de ça avec un désavantage numérique en plus», pestait Martin Bernard. «Comme les joueurs, les arbitres doivent eux aussi se faire enseigner. Je souhaite qu'ils apprennent d'une situation comme celle-là», ajoutait Bernard, en relevant que son club avait fait trop d'erreurs pour espérer s'en sortir face à un club aussi autoritaire en attaque. «On a vu des revirements...
Tu peux pas donner un pouce à ce genre d'équipe-là, tu peux pas être à un bâton de celui que tu couvres en repli défensif. Tous les jeux avec la rondelle sont importants. Ce sont des erreurs qu'on faisait moins ces dernières semaines, et qui ont coûté cher aujourd'hui. On va enseigner... Le point positif, c'est qu'on n'a jamais abandonné. On a compétitionné malgré le pointage, on a quand même obtenu 40 lancers contre les Remparts. On a eu nos chances.»
S'il avait pointé du doigt son attaque massive la veille pour le revers de 5-2 face aux Foreurs, Bernard se disait satisfait cette fois de cette facette du jeu malgré des résultats toujours improductifs. «Les observateurs vont dire que c'est 0 en 5 aujourd'hui. Cependant, nous sommes revenus sans aucun entraînement avec 17 lancers sur le jeu de puissance, avec six grosses chances de marquer. Il faut donner le crédit au gardien de l'autre côté qui a fait de gros arrêts.»