La participation financière de la Ville dans de grands projets, comme celui du nouveau centre des congrès de l'hôtel Delta, soulève des questions pour la vérificatrice générale.

Les grands projets sont-ils suffisamment analysés?

Les grands projets dans lesquels la Ville de Trois-Rivières investit des millions de dollars font-ils l'objet d'une analyse suffisamment poussée pour valider toutes les options possibles?
C'est la question que pose la vérificatrice générale de Trois-Rivières, Andrée Cossette, à l'intérieur de son rapport de vérification sur l'année 2016, déposé lundi soir au conseil municipal.
À l'intérieur de deux chapitres consacrés aux grands projets, Mme Cossette questionne notamment certains détails entourant la participation financière et organisationnelle de la Ville de Trois-Rivières dans les projets de colisée au District 55 de même que dans le nouveau centre des congrès de l'hôtel Delta. 
Au sujet du colisée, elle indique que très peu de données sont à l'appui de chacun des projets étudiés par la Ville depuis le début, tant du côté du Complexe sportif Alphonse-Desjardins, de l'UQTR, du terrain de l'école secondaire Chavigny que de l'actuel terrain acquis au District 55 où la construction aura lieu.
«Les projets ne font pas l'objet d'études comparatives permettant de juger du mérite de chacun en regard des objectifs poursuivis par la Ville dans son plan de développement. Le choix de la Ville est-il celui qui coûte le moins cher? A-t-on considéré que le terrain actuellement acquis dans le District 55 puisse être acquis par des entrepreneurs privés permettant ainsi de générer des revenus de taxation supplémentaires pour la Ville?
A-t-on considéré le coût des investissements requis pour rénover l'actuel colisée? Quel est l'impact de chacun des projets sur les taxes et les frais de fonctionnement? Quels sont les coûts supplémentaires associés à chacun des projets? Voilà autant de question pour lesquelles je n'ai pu obtenir de réponses», note Andrée Cossette, qui précise toutefois que le mode de gestion choisi par la Ville lui apparaît adéquat pour assurer le succès de la réalisation du projet.
En ce qui concerne le projet de centre des congrès, pour lequel la Ville s'est engagée pour une participation financière de 38 M$ sur 20 ans, la vérificatrice estime que les différentes données utilisées pour établir cette contribution financière n'ont pas fait l'objet d'études approfondies pour valider les hypothèses qui les soutenaient. 
La Ville rétorque pour sa part que les projets mentionnés ont au contraire fait l'objets d'analyses poussées et réfléchies par les spécialistes à l'interne, et que jamais une décision impliquant de tels montants n'aurait été prise sans qu'il en soit ainsi. La directrice générale, France Cinq-Mars, retient que la vérificatrice générale aurait sans doute aimé que la Ville procède à des études à l'externe, mais convient que la planification des grands projets n'a jamais été prise à la légère.
Quant au maire Yves Lévesque, il rappelle que peu importe le scénario étudié pour le projet de centre des congrès, l'option du centre-ville demeurait la seule et unique option envisageable, et que le partenariat établi avec la Société immobilière G3R était la meilleure entente possible pour les contribuables et le développement économique de Trois-Rivières.
Suivi des recommandations
Andrée Cossette a profité du dépôt de son dernier rapport pour revenir sur les grands dossiers soulevés au cours des dernières années. Elle se dit d'ailleurs heureuse de constater que 73 % de ses recommandations ont été suivies ou ont connu des progrès satisfaisants.
Mme Cossette a également profité de cette tribune pour livrer un plaidoyer en faveur du rehaussement du budget du vérificateur général, qui pourrait permettre à son successeur le bon accomplissement de son mandat.
«(La Ville) ferait ainsi la preuve qu'elle ne craint pas la vérification législative et que tout au contraire, elle la considère comme un rempart contre la mauvaise gestion des fonds publics et un levier pour l'amélioration continue», lance-t-elle.