Les Cataractes balayés

L'effort y était, mais les Cataractes ont néanmoins été incapables d'éviter le balayage aux mains de l'équipe de leur ex-pilote Éric Veilleux mercredi. Le Drakkar s'est de nouveau servi de ses unités spéciales pour affirmer sa supériorité sur ses jeunes rivaux, qui ont déposé les armes devant un peu plus de 2000 amateurs après un revers de 6-2.
<p>La saison des Cataractes a pris fin avec un revers de 6-2 mercredi soir au Centre Gervais Auto. À l'issue de la rencontre, les joueurs ont tenu à remercier les partisans qui les ont encouragés en cette campagne difficile. </p>
Si les Cataractes ont tenu tête aux champions de la saison régulière en première, tout s'est effondré en deuxième période. Le Drakkar a eu besoin de 30 petites secondes pour puiser deux buts d'un avantage numérique de deux hommes, des filets appartenant à Maxime St-Cyr et à Félix Girard. Ce dernier a ensuite bien fait mal paraître les Cataractes en orchestrant le filet de Jérémy Grégoire en désavantage numérique, ce qui portait la marque à 3-0 et fermait à toutes fins pratiques les livres de cette série quatre-de-sept.
Comme ils l'ont fait ces derniers mois, les Shawiniganais n'ont pas abandonné pour autant. Alexandre Delisle-Houde a fait habilement dévier un tir de Nicholas Welsch durant un avantage numérique pour réveiller le centre Gervais Auto avant la fin de la deuxième, mais en troisième, le Drakkar n'a pas fait traîner les choses en ajoutant quelques filets et il a navigué sans mal vers l'ultime victoire lui donnant accès à la deuxième ronde des séries dans la LHJMQ.
Malgré l'écart sans appel au tableau indicateur, la plupart des partisans réunis dans l'aréna sont restés jusqu'à fin, et ils ont réservé une ovation à leurs favoris, qui ont tout de même formé la première équipe dans l'histoire du circuit Courteau à se qualifier pour la grande danse du printemps après avoir amorcé la saison avec au moins 10 défaites d'affilée. C'est d'ailleurs ce que retenait le capitaine Félix-Antoine Bergeron, fort ému lorsqu'il s'est présenté devant les journalistes. «On a surpris la ligue en accédant aux séries, je pense qu'on peut en être fier. C'était une série avec beaucoup d'émotions, de robustesse. Il faut donner le crédit au Drakkar, l'une des meilleures équipes au Canada.»
Martin Bernard levait lui aussi son chapeau à la formation dirigée par Éric Veilleux. «C'est une belle machine de hockey, bâtie pour aller jusqu'au bout. Je regardais un gars comme Félix Girard, qui a vécu tout le processus, les années plus difficiles. Nos jeunes sont impliqués dans le même processus, et ils ont grandi ces dernières semaines. Je suis très fier de mes petits gars», lançait Bernard, qui a avoué que son club avait facilité la vie au Drakkar dans cette série en s'abonnant au cachot et en étant incapable de s'illustrer sur les unités spéciales.
«On peut le voir comme ça quand on regarde le court terme, mais si on regarde l'ensemble, c'est clair qu'on vient d'aller chercher du précieux millage. Les jeunes ont appris à se préparer, ils savent c'est quoi l'adversité en séries. Je suis convaincu que lorsque nous serons de retour l'an prochain à ce stade-ci de l'année, ils sauront comment mieux gérer la situation.»
Seul vétéran de 20 ans dans le vestiaire, Alex Filiatrault a ainsi mis un terme à sa carrière de cinq saisons dans la LHJMQ. C'est sans regret qu'il a accroché son gilet dans le vestiaire, après avoir rendu de précieux services à l'équipe de son patelin dans le dernier droit.
«Je suis fier des gars. On a réussi à se qualifier pour les séries, on a compétitionné face au Drakkar. On ne leur a pas donné de matchs faciles même si notre club était très jeune. Dans trois ans, les Cataractes seront dans la même position que le Drakkar aujourd'hui», prédisait Filiatrault, en lançant des fleurs au personnel hockey de l'équipe.
«C'est le meilleur personnel d'entraîneurs pour qui j'ai joué au cours de ma carrière, et Martin Mondou est un excellent directeur-gérant. Martin Bernard garde toujours son calme, même quand la tension monte. Les Cataractes vont se rendre très loin avec lui comme entraîneur.»
Les Cataractes procéderont à leur traditionnel post mortem vendredi.