Les candidats interpellés par Carpe Diem

Les représentants de la maison Carpe Diem de Trois-Rivières, ressource pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, déplorent que les enjeux liés à cette maladie n'occupent pas plus de place dans la présente campagne électorale. Dans un communiqué publié hier, l'équipe de Carpe Diem invite les différents candidats à se prononcer sur les défis liés à cette maladie.
Présentement, environ 120 000 personnes au Québec sont atteintes d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée. Carpe Diem constate que les conditions de vie des personnes atteintes d'Alzheimer, ainsi que celles de leurs proches, représentent un défi. Citant au passage la dénutrition qui touche entre 30 % et 60 % des personnes vivant en institution, ou encore la surconsommation de psychotropes, la directrice de Carpe Diem, Nicole Poirier, croit qu'«il est urgent de reconnaître la maladie d'Alzheimer comme une priorité nationale afin de faire un virage dans les approches d'accompagnement, autant à domicile qu'en milieu d'hébergement».
L'équipe rappelle par ailleurs que, dans un forum tenu en 1999, Pauline Marois déclarait vouloir mieux comprendre la détresse des personnes malades et leurs proches, pour mieux cerner leurs besoins et explorer de nouvelles pistes pour leur venir en aide. Par ailleurs, en 2008, Philippe Couillard donnait à un groupe d'experts la mission d'élaborer un plan d'action québécois pour la maladie d'Alzheimer. «Le plan existe, mais ses applications se font toujours attendre. Que proposent nos candidats», demande l'équipe de Carpe Diem.