Jean-François Dubois et Jean-Claude Landry, candidats pour Québec solidaire dans Laviolette et Trois-Rivières.

L'environnement pour créer de l'emploi, souhaite Québec solidaire

Tous les partis politiques veulent créer des emplois, Québec solidaire aussi. Des emplois verts, si possible. Ces derniers pourraient provenir de l'exploitation des nouvelles formes d'énergie émergentes dans la région mais aussi d'une relance de la construction grâce à un vaste chantier énergétique non seulement résidentiel mais institutionnel.
C'était le thème lundi, d'une rencontre organisée par Jean-Claude Landry et Jean-François Dubois, respectivement candidats dans Trois-Rivières et Laviolette pour Québec solidaire. Les deux hommes ont souligné, non sans une petite pointe de fierté, que certains environnementalistes considéraient QS plus vert que le Parti vert lui-même.
«La priorité accordée par notre parti à une véritable transition énergétique contribuera grandement à la création d'emplois en Mauricie, a soutenu M. Landry, puisqu'on y compte déjà des entreprises oeuvrant dans les nouvelles énergies, que ce soit à Trois-Rivières avec Marmen, au Centre-de-la-Mauricie avec les bornes de recharge pour les véhicules électriques ou de l'autre côté du fleuve avec les hydroliennes.
«Dans ces endroits, des initiatives économiques porteuses existent ou sont annoncées, toutes dotées d'un fort potentiel de développement. Le choix d'un gouvernement solidaire pour un Québec vert ne peut que contribuer à la croissance de ces entreprises.»
À ceux qui seraient tentés de le traiter de «pelleteur de nuages», M. Landry réplique que désormais, la plateforme électorale de tous les partis contient un volet vert, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années. L'environnement est devenu incontournable, et un sujet sérieux, note-t-il.
«Et puisque l'énergie la moins chère est celle qu'on ne gaspille pas, Québec solidaire propose également la mise en place d'un vaste chantier pour améliorer l'isolation et la performance énergétique des maisons, immeubles locatifs ainsi que des immeubles commerciaux et institutionnels». Un chantier qui, selon M. Landry, arriverait à point puisqu'on signale un ralentissement dans la construction à Trois-Rivières
Pour sa part, le candidat dans Laviolette, Jean-François Dubois, a mis l'accent sur l'apport potentiel des communautés rurales dans un contexte de consommation et d'achats locaux, non seulement dans les épiceries de la région mais jusque dans les écoles et autres établissements publics, notamment pour les produits maraîchers. Le candidat croit également qu'on doit réserver un meilleur accueil aux produits du terroir de la région. Il a déploré entre autres que les vins Gélinas ne soient pas présents sur les tablettes de la Société des alcools du Québec.
M. Dubois a aussi plaidé pour une meilleure utilisation du patrimoine forestier. «Faut-il rappeler que la forêt occupe 85 % du territoire de la Mauricie? On peut faire plus avec cette ressource que ce que l'on fait actuellement, a-t-il insisté. L'utilisation de la fibre de bois permet une diversification de la production, avec la cellulose entre autres.»
En matière de produits forestiers, QS encourage la première et deuxième transformation à proximité de la ressource. «Si l'industrie forestière emploie actuellement 6000 personnes, on chiffre à 10 000 le nombre de postes à combler d'ici 5 à 7 ans. Ce n'est donc pas un secteur à négliger puisqu'il est susceptible de contribuer largement au maintien de la vitalité de nos communautés rurales,» poursuit le candidat qui, par ailleurs, ne voit pas pourquoi le nouveau Colisée de Québec ne serait pas construit en bois.