Les fissures dans le béton laissent filtrer du radon.

Le radon aussi menace les victimes de la pyrrhotite

Les victimes de la pyrrhotite, on le sait, vivent de graves problèmes de stress et des difficultés financières importantes qui ont provoqué des dépressions chez plusieurs, voire des suicides.
Comme si ce drame humain n'était pas assez grand, voici qu'une étude récemment réalisée par l'Institut national de santé publique du Québec indique que la perméabilité des fondations contenant de la pyrrhotite pourrait favoriser l'infiltration de gaz souterrains, dont le radon.
«L'exposition au radon sur une longue période est reconnue comme la première cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs et comme la seconde cause chez les fumeurs», indique l'étude de l'INSPQ qui a été complétée en février dernier.
L'augmentation de l'humidité dans les fondations contenant de la pyrrhotite «est également susceptible de contribuer aux émissions de formaldéhyde en provenance de divers matériaux et fournitures synthétiques», ajoute le rapport.
Le formaldéhyde est un «gaz communément rencontré dans l'air intérieur et notamment reconnu pour ses effets irritatifs sur le système respiratoire», explique le rapport.
L'humidité accrue provenant de fondations qui contiennent de la pyrrhotite est aussi propice au développement de moisissures et d'acariens, rappelle également l'INSPQ.
L'Agence de santé et de services sociaux a présenté ce rapport mercredi à la Coalition Proprio-Béton, indique le président, Yvon Boivin.
À la lumière de ces nouvelles informations, la Coalition demande donc «au milieu de la santé de mettre en place des tests systématiques aux frais du ministère pour détecter la présence de radon dans les maisons qui ont de la pyrrhotite et pour voir s'il y a présence de moisissures».
Yvon Boivin fait valoir que les victimes de la pyrrhotite «sont stressées, tendues et attendent avec impatience le jugement sur la pyrrhotite. Beaucoup de victimes sont psychologiquement très sensibles, très éprouvées et là, tu leur arrives avec un autre doute comme celui-là. Ça vient rajouter à la pression et c'est ça qui peut faire craquer du monde», fait-il valoir.
La Coalition croit donc que l'Agence devrait tenir une conférence de presse pour rassurer les victimes et annoncer ses mesures.