Le ménage se poursuit chez les Cataractes

Après plus d'un mois de négociations, les Huskies de Rouyn-Noranda et les Cataractes ont réussi à s'entendre dimanche matin sur le prix à payer pour sortir Francis Beauvillier de Shawinigan. Les services du capitaine de 20 ans ont donc été expédiés à la formation de l'Abitibi en retour du choix de deuxième ronde en 2014 des Saguenéens de Chicoutimi et de Gabriel Slight, un gros attaquant de 6'3'' et 220 livres de 18 ans.
Le directeur-gérant des Cataractes, Martin Mondou, a récupéré l'un des deux choix de deuxième ronde qu'il avait cédés l'été dernier pour obtenir l'aîné des Beauvillier et il donne une occasion à Slight, confiné à un rôle de soutien à Rouyn-Noranda, de se faire valoir. 
En 36 matchs depuis le début de la saison, Beauvillier, un espoir des Panthers de la Floride, montre une fiche de neuf filets et 18 mentions d'aide, en plus d'un différentiel de -17. De son côté, Slight, qui a été invité au camp des Blues l'été dernier après de bonnes séries éliminatoires, présente un dossier de cinq buts et cinq passes en 25 matchs, en plus d'un différentiel de -12.
«Je pense que c'est une bonne transaction pour toutes les parties impliquées. J'ai eu de bonnes discussions avec Martin (Mondou), j'ai réfléchi pas mal durant le temps des Fêtes. Je n'étais pas malheureux dans mon rôle de leader avec les Cataractes, mais comme c'est ma dernière année junior, j'apprécie de joindre une équipe qui a de belles ambitions pour le printemps. Les Huskies sont venus me chercher, alors ils apprécient mon jeu. Et la petite glace de Rouyn, elle est parfaite pour moi!», souligne l'aîné des Beauvillier, qui se disait satisfait de son bref séjour avec les Cataractes.
«J'ai voulu montrer l'exemple aux jeunes, notamment à mon frère. Anthony est capable de se débrouiller seul, on voit qu'il a déjà d'importantes responsabilités avec l'équipe. Il est bien parti, je ne suis pas inquiet pour lui.»
Le grand manitou des Huskies, Gilles Bouchard, se félicitait de sa nouvelle acquisition, qui a déjà récolté un truc du chapeau dans son nouveau maillot dimanche à Drummondville. «On se parlait depuis longtemps, on a passé proche de s'entendre une couple de fois, mais là, c'est la bonne! On va chercher un gros bonhomme, mature physiquement, qui amène de l'intensité et du leadership à notre groupe. C'est un vrai attaquant de puissance.»
Pour sa part, Mondou disait être satisfait du retour. «Francis m'a appelé durant les Fêtes pour me dire qu'il préférait passer à un club aspirant. Mais ça prenait une offre qui faisait du sens pour nous aussi. Le choix de deuxième ronde des Saguenéens représente une belle valeur, tandis que Slight vient combler un besoin chez nous. Il est capable de s'imposer physiquement, il a de bonnes habiletés. C'était important pour nous d'entrer un joueur en mesure de nous aider immédiatement si on laissait partir Beauvillier, et nous l'avons obtenu. Nous sommes à six points des séries, pas question d'abandonner.»
Le directeur-gérant des Cataractes a par la suite échangé Alexandre Grand-Maison aux Voltigeurs de Drummondville en retour d'un choix de quatrième ronde en 2015. «La transaction est conclue depuis trois semaines, mais on voulait garder Alexandre pendant encore un moment, on en avait besoin durant le temps des Fêtes. C'est un joueur qui a été loyal, qui nous a donné beaucoup pendant trois ans.
Par contre, nous n'avions pas de place pour lui l'an prochain comme joueur de 20 ans, alors nous étions prêts à le bouger avec une offre intéressante. Il va bien s'insérer dans l'alignement des Voltigeurs, je n'ai aucun doute là-dessus. De notre côté, ça va nous permettre d'offrir plus d'espace à des jeunes comme Alexandre Delisle-Houde et Alexis D'Aoust», affirmait Mondou, qui a de plus confirmé que Lucas Lajoie allait terminer la saison à Shawinigan.
Quant à Grand-Maison, il voyait son départ d'un oeil positif, même s'il paraissait un peu ébranlé. «Je m'attendais à partir, il y avait pas mal de rumeurs. Je vais retrouver Frédérick (Gaudreau), dans une très bonne équipe. Je pense que je peux apporter quelque chose aux Voltigeurs», soulignait Grand-Maison. «Ça me fait de quoi de quitter, j'ai gagné la Coupe Memorial ici. Les Cataractes misent sur d'excellents partisans. Mais je sais que ce sera la même chose à Drummondville. J'ai la chance de joindre une bonne organisation.»