Les nouveaux maires ont eu à répondre aux questions de l'animateur Jean-François Giroux, au centre. Il était entouré de Louis Martel, de Sainte-Marie-de-Blandford, Réal Deschênes, de Saint-Wenceslas, Daniel Coutu, de Saint-Léonard-d'Aston, Jean-Guy Dubois, de Bécancour, Yves Tousignant, de Saint-Pierre-les-Becquets, et Mathieu Lemire, de Saint-Zéphirin-de-Courval.

Le maire de Saint-Pierre-les-Becquets veut un ministre

«Je souhaite que le comté de Nicolet-Bécancour soit représenté au conseil des ministres». Le maire de Saint-Pierre-les-Becquets, Yves Tousignant, a exprimé ce voeu lors de l'activité Toute la rive sud en parle organisée à Saint-Léonard-d'Aston par la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec. Pour l'édition 2014, qui fut relevée, on avait invité les nouveaux élus à la mairie lors de l'élection de novembre dernier.
Et le même premier magistrat a profité de cette tribune pour annoncer la venue de son homologue de Montréal, Denis Coderre, «dans le temps de la tomate».
Alors que sa municipalité est sur le point de retrouver son épicerie par le biais d'un acheteur asiatique, le manoir seigneurial vient de faire l'objet d'une offre d'achat par un haut fonctionnaire du Conseil du Trésor du Québec. Et l'an prochain, Saint-Pierre-les-Becquets deviendra le dernier village de la rive sud, entre Lévis et Longueuil, à réaliser l'assainissement de ses eaux usées.
«La route 132 a besoin d'avoir plus de trafic, car il y en a quatre fois moins que la 138», a fait remarquer celui qui est à préparer un plan de développement local.
Par ailleurs, la Résidence Des-Jardins-les-Becquets pour personnes âgées réalisera cette année un agrandissement au coût d'un million de dollars, faisant passer le nombre d'unités de 24 à 51.
Si Yves Tousignant préconise l'action régionale, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, partage cette vision tout en se disant toutefois «très chauvin».
Celui-ci a repris les grandes lignes de son chantier économique fraîchement complété. Et alors que sa ville est à redéfinir son image, il dit la voir en vert et en bleu avec son territoire à 90 % agricole et ses 35 kilomètres de rive.
«Il faut se créer un parc industriel à nous autres», a-t-il lancé pour justifier le projet d'acquisition du parc industriel LaPrade. Car, dit-il, l'époque des milliers d'emplois qui tombaient sur la ville est révolue.
S'il se sent sur le premier trio à la table de la MRC, il se voit plutôt sur le quatrième trio à la Conférence régionale des élus du Centre-du-Québec. «Je ne suis pas gêné pour défendre mes points de vue, je vais essayer d'être mieux regardé. La game est là, à Victo et Drummond. Il faudra se liguer avec Nicolet pour respecter la partie nord», a laissé entendre le maire Dubois.
Alors que Bécancour fêtera ses 50 ans l'an prochain, le premier magistrat est d'avis que la fusion des villages fut une bonne chose. «On cherche notre couleur», a-t-il toutefois admis, se réjouissant que le dossier touristique soit maintenant réglé avec le CLD.
Si le maire de Sainte-Marie-de-Blandford, Louis Martel, souhaite mettre un toit sur la patinoire, son homologue de Saint-Zéphirin-de-Courval, Mathieu Lemire, parle de l'absence d'un poste d'essence comme d'un handicap pour sa municipalité.
Finalement, les maires de Saint-Léonard-d'Aston et Saint-Wenceslas, Daniel Coutu et Réal Deschênes, travaillent à ramener l'harmonie dans leur milieu après la controverse autour du Centre Richard-Lebeau, dans le premier cas, et l'administration provisoire qui avait été imposée à la suite de la démission de cinq conseillers, dans le second.