Yvon Deshaies veut que le gouvernement aide Louiseville à améliorer sa performance au niveau de l'emploi.

Le maire de Louiseville veut des emplois

Yvon Deshaies a passé la dernière campagne électorale de Louiseville à parler beaucoup de la situation de l'emploi. Maintenant qu'il a été élu à la mairie de Louiseville, il n'entend pas changer de disque à l'endroit des candidats qui seront de l'élection québécoise du 7 avril.
Le maire reconnaît d'entrée de jeu que les municipalités ont beau être en demande sur plein de sujets, personne ne peut se permettre d'exagérer dans ses requêtes à l'égard du futur gouvernement du Québec. Il admet de plus que toutes les régions du Québec veulent plus d'emplois pour leur population. Mais le tour de Louiseville est maintenant arrivé. Et le gouvernement du Québec doit faire sa part.
«Tout va à Trois-Rivières. Nous, il faut qu'on se défende. Si on ne bouge pas, on va mourir. Il faudrait que le gouvernement nous aide pour avoir une industrie afin de maintenir l'activité locale et la population. Trois-Rivières, Bécancour, c'est bien. Mais Louiseville est la ville-centre de la MRC de Maskinongé. Il ne faut pas nous oublier», déclare Yvon Deshaies, qui promet d'être tenace au point d'en être fatigant à ce chapitre.
La baisse démographique enregistrée à Louiseville depuis quelques années préoccupe le maire Deshaies. Il rappelle que la ville a déjà compté plus de 8000 habitants. Le dernier relevé en la matière indique que 7435 personnes habitent la ville hôtesse de la Mauricie en 2014.
«On nous dit qu'on fait partie des moins riches au Québec, c'est le temps de nous aider! Il y aurait moyen d'envoyer ici une usine de 30 ou 50 emplois au lieu de l'envoyer à Bécancour ou à Trois-Rivières», avance le maire de Louiseville, qui croit qu'un tel scénario pourrait être réalisable si le gouvernement consent à offrir une participation financière bonifiée pour influencer des investisseurs à s'installer à Louiseville.
Rappelant l'importance de l'établissement d'un prochain pacte fiscal, question pour Louiseville d'aller «prendre ce qui nous revient», Yvon Deshaies souhaite sensibiliser les élus provinciaux à la nécessité de soutenir l'activité touristique dans sa municipalité. Le conseil de Louiseville a l'intention de raviver l'attrait que constitue la rivière du Loup en favorisant la pratique d'activités récréatives. Pour y parvenir, il verrait bien la levée du moratoire sur la pêche à la perchaude sur une section de la rivière du Loup.
«Le moratoire dans le lac Saint-Pierre, c'est correct. Mais à partir de l'embouchure de la rivière jusqu'au pont (de la route 138), on ne peut pas pêcher. Le gouvernement pourrait nous laisser la rivière du Loup au complet sur notre territoire.»
Yvon Deshaies rappelle qu'il demeurera neutre tout au long de la campagne électorale. Le maire de Louiseville indique toutefois que la porte de l'hôtel de ville est ouverte à tous les candidats qui voudront bien rencontrer les élus louisevillois.
Le conseil a reçu la visite du candidat péquiste, Patrick Lahaie, jeudi après-midi. Le candidat libéral, Marc H. Plante, discutera avec les élus louisevillois lundi.