Le NomadFest Rodéo Urbain prévu en août à Montréal dans le cadre des fêtes du 375e de la ville est organisé par l'équipe du Festival western de Saint-Tite.

Le Festival western déçu de Loblaw

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite, Pascal Lafrenière, déplore la décision de Loblaw de se dissocier du rodéo prévu en août à Montréal dans le cadre des fêtes du 375e de la ville. L'événement qui fait controverse sera organisé par l'équipe du Festival western.
Le directeur général du Festival western de Saint-Tite, Pascal Lafrenière, déplore la décision de Loblaw de se dissocier du rodéo prévu en août à Montréal dans le cadre des fêtes du 375e de la ville.
Joint par Le Nouvelliste au téléphone dimanche quelques heures après la publication de la nouvelle, M. Lafrenière trouvait dommage que l'entreprise n'ait même pas pris la peine de le contacter pour mieux connaître le sport.
«C'est une question de valeurs, une décision d'entreprise. On essaie de démystifier le sport et de prendre des décisions comme celles-là sans même être venus nous voir, c'est malheureux. Dans nos événements, les bêtes sont encadrées, il y a toujours des vétérinaires et il y a des normes à respecter.
C'est surtout dommage pour les gens du 375e car ils travaillent très fort sur l'événement. Ce n'est pas moi qui vais aller dire à Loblaw quoi faire. À Saint-Tite, nous sommes fiers de notre produit et ce genre de chose est très malheureux», commente Pascal Lafrenière.
La décision prise par Loblaw est difficile à comprendre pour le dg du Festival western, surtout que l'une des gammes de produits de la marque maison de l'épicier, Le Choix du Président, fait explicitement référence au rodéo.
«Ils vendent des produits ''Smokin stampede'' avec une image de rodéo, mais se dissocient d'un événement de rodéo. Il faut être plus constant dans ses décisions», dénonce-t-il.
Loblaw, un des principaux commanditaires du 375e anniversaire de Montréal, a confirmé avoir décidé de ne pas soutenir le rodéo dénoncé par une campagne de groupes luttant contre la cruauté envers les animaux.
Depuis quelques semaines, des organisations font pression afin de demander l'annulation du NomadFest Rodéo Urbain, prévu cet été dans le cadre des festivités entourant l'anniversaire de la fondation de Montréal. Parmi celles-ci, l'Alliance pour les animaux du Canada a décidé d'aller plus loin en contactant les 12 principaux commanditaires du 375e afin de les convaincre de ne pas soutenir cette activité.
«Ça nous surprend que la Ville de Montréal ait choisi un rodéo pour représenter le 375e. J'aurais plutôt approché le Cirque du Soleil, qui représente davantage la culture de Montréal, du Québec. Un rodéo, ça désensibilise les jeunes envers les animaux, ça prône l'exploitation des animaux», déplore Georges Dupras, directeur de l'Alliance animale du Canada.
Au moins un commanditaire a confirmé à La Presse qu'il avait décidé de ne pas s'associer au rodéo. Jointe par La Presse, la compagnie Loblaw a indiqué qu'elle avait avisé les organisateurs des festivités qu'elle ne voulait pas voir sa marque le Choix du Président liée au rodéo.
«Nous sommes fiers d'être partenaires de l'ensemble des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, mais à ce titre, nous ne sommes pas commanditaires de cet événement en particulier», a indiqué Johanne Héroux, directrice principale aux affaires corporatives et communications de l'entreprise.
Contrairement à d'autres activités où elle compte faire sentir sa présence, l'entreprise dit qu'elle ne s'affichera pas lors du rodéo. «Ce n'est pas une activité qu'on a choisi de soutenir. Pour nous, le bien-être animal, c'est sûr que c'est une priorité», poursuit Mme Héroux. Celle-ci précise que son entreprise ne se prononce pas sur le sujet des rodéos qui représentent pour certains de la cruauté envers les animaux.
Loblaw fait partie des 12 grandes entreprises montréalaises qui ont chacune versé un million en commandite pour l'organisation des festivités. L'entreprise précise avoir fait part de ses préoccupations sur le rodéo aux organisateurs du 375e anniversaire.
Les organisateurs défendent l'événement
La Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal dit être au courant que ses commanditaires ont été contactés au sujet du rodéo. Celle-ci indique les avoir rassurés sur l'organisation de cet événement.
«[Nos commanditaires] ont vu que les normes de traitement des animaux sont hyper rigoureuses. C'est organisé par les gens du Festival de Saint-Tite, qui sont classés comme les meilleurs du genre», a indiqué une porte-parole, Isabelle Pelletier.
L'Alliance pour les animaux n'est pas la seule à s'en prendre au NomadFest Rodéo. Depuis quelques semaines, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) fait campagne contre la tenue d'un rodéo à Montréal dans le cadre du 375e anniversaire.
Les organisateurs du NomadFest continuent à défendre leur évènement, assurant qu'il ne donnera pas lieu à des actes de cruauté animale. Ils précisent ne pas planifier des activités fréquemment décriées par les militants pour les animaux, comme les courses Chuckwagon ou attraper des veaux au lasso.
Le NomadFest Rodéo Urbain doit avoir lieu du 24 au 27 août 2017. Organisé par le Festival western de Saint-Tite, l'événement présentera quatre rodéos dans une arène de 5000 spectateurs aménagée au quai Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port.
Avec La Presse