Dans la foulée de la fermeture de l'usine Laurentide, le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque a proposé d'offrir 20 millions $ à Shawinigan, puisés à même le Fonds de diversification créé à la suite de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2.

Le débat sur la fluoration est clos à Trois-Rivières

Le débat sur la fluoration de l'eau potable ne sera rouvert sous aucun prétexte à Trois-Rivières. C'est du moins ce qu'a déclaré le maire Yves Lévesque, lorsque questionné sur ses intentions après le référendum de dimanche qui force la ville de Richmond à revenir sur son engagement auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux.
Rappelons que cette petite ville de l'Estrie s'était prononcée en faveur du projet de fluoration en 2009. Or, à la demande populaire et devant une très grande mobilisation citoyenne opposée à la fluoration de l'eau potable, la Municipalité a tenu un référendum dimanche. Les 541 personnes qui se sont déplacées pour voter ont rejeté à 75 % l'engagement qu'avait pris l'administration municipale envers le ministère.
Richmond abandonnera donc son programme de fluoration de l'eau potable, défrayant du même coup 50 % des frais payés par le gouvernement pour l'installation, soit plus de 127 000 $.
Un tel scénario pourrait-il se produire à Trois-Rivières? «Absolument pas», tranche Yves Lévesque. Le maire explique que deux votes ont été pris de façon majoritaire par les élus dans ce dossier, et que ça venait clore le débat. Par le passé, le maire a souvent fait savoir que ce débat ne devait pas se tenir au niveau municipal, mais que les revendications des opposants devaient plutôt être dirigées vers le provincial.
Le Nouvelliste n'a pas été en mesure d'entrer en contact avec le porte-parole de la Coalition trifluvienne pour une eau très saine, Philippe Giroul, pour avoir ses commentaires sur le dossier de Richmond.