Le CRE Mauricie appuie le monorail TrensQuébec

Le Conseil régional de l'environnement Mauricie vient d'adopter une résolution d'appui au projet de monorail suspendu TrensQuébec (Trens pour Transport Rapide Électrique National Suspendu).
L'organisme est même d'avis que le projet devrait être réalisé sur la rive nord, en premier lieu, avec un arrêt à Trois-Rivières et propose que le centre de développement du projet soit implanté à Trois-Rivières.
«J'en rêve», confie le président du CRE, Maurice Poudrier, qui a récemment assisté à une conférence au cours de laquelle il a pu se familiariser avec ce projet.
«Ce nouveau projet a l'avantage de coûter à peu près huit fois moins cher que celui du train à grand vitesse qui, lui, coûterait une fortune à réaliser», dit-il.
La construction du réseau ne nécessiterait pas l'aménagement de nouveaux trajets puisque les rails peuvent longer les autoroutes. «C'est du terrain qui est déjà défriché», fait-il valoir. «Tout ce qui resterait à installer, ce sont les pylônes et le train suspendu», raconte M. Poudrier.
«Pas besoin de déblayer la voie en hiver. Le train fonctionne avec des batteries et à l'électricité. Il sert autant pour le transport des personnes que des marchandises. En plus, il va diminuer de beaucoup les gaz à effet de serre parce qu'il ne fonctionne pas au pétrole», dit-il.
Avec le monorail TrensQuébec, qui utilise le moteur-roue d'Hydro-Québec, il est possible d'emprunter les ponts, de gravir des collines ou de surplomber des terrains accidentés.
«L'idée est drôlement brillante. Je ne comprends pas que ça ne lève pas plus que ça», dit-il.
Le projet TrensQuébec a en effet été présenté par les promoteurs, sans succès, au ministère des Transports il y a plusieurs années. Puis, en octobre dernier, il a reçu un accueil mitigé de la part d'Innovation et Développement économique de Trois-Rivières parce que les promoteurs ne se sont pas présentés avec un plan d'affaires.
Le projet a toutefois séduit le CRE de la Mauricie qui a décidé d'aller porter sa résolution d'appui au Regroupement national des Conseil régionaux de l'environnement en fin de semaine.
Mauricie Poudrier a aussi commencé à parler du projet à divers élus de la région.
«Ce serait une super belle carte de visite pour le Québec», estime le président du CRE qui espère voir un jour un prototype construit dans la région. «Il faut que quelqu'un lance le mouvement quelque part à un moment donné», dit-il.
Il est possible d'en savoir plus sur ce projet à l'adresse suivante: http://www.trensquebec.qc.ca/.