Le Théâtre des Nouveaux compagnons proposera une version de six scènes du recueil dramaturgique Le p'tit bonheur, de Félix Leclerc, jeudi et vendredi à l'île Saint-Quentin et samedi à la Maison des Leclerc.

L'autre P'tit bonheur de Félix Leclerc

La relation entre Félix Leclerc et le Théâtre des Nouveaux compagnons remonte aux années 1950. En 1955, la troupe a joué Maluron et a remis des oeuvres du célèbre créateur à ses programmations au moins sept fois par la suite.
À l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Félix Leclerc, les Nouveaux compagnons revisitent Le p'tit bonheur jeudi, vendredi et samedi à deux endroits différents et sous la vision de trois metteures en scène.
Le p'tit bonheur évoque une chanson phare du répertoire de Félix Leclerc, mais un recueil dramaturgique porte aussi ce titre. La pièce avait été créée dans une salle paroissiale de Vaudreuil en 1948 par une compagnie théâtrale qu'avait fondée Félix Leclerc avec Guy Maufette et Yves Viens.
Rollande Lambert est l'une des trois femmes qui ont relevé le défi de reprendre à leur manière la pièce que les Nouveaux compagnons avaient présentée en 2009. «Le p'tit bonheur, c'est une série de petites scènes. Nous avons choisi six scènes et nous sommes trois metteures en scène qui en montons chacune deux», précise Mme Lambert qui elle, a choisi Le p'tit vieux et Le passant charitable.
Sylvie Lamothe a opté pour La visite à l'hôpital et Une affaire décourageante, tandis que Guylaine Pruneau s'est laissée inspirer par Le banc sur la route et La Geneviève. Douze comédiens se partagent la vingtaine de rôles qui animent les six saynètes d'une quinzaine de minutes chacune (un peu plus pour certaines).
Chapeautées par la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, les deux premières représentations se tiendront en deux parties à l'île Saint-Quentin: trois scènes seront présentées le jeudi 31 juillet à 19 h 30, et les trois autres prendront l'affiche le lendemain à la même heure.
Les six extraits seront offerts en après-midi le samedi 2 août, jour de l'anniversaire de Félix Leclerc, à la Maison des Leclerc dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap.
«C'est Michel Leclerc, de la Maison des Leclerc, qui nous avait demandé de remonter Le p'tit bonheur pour le centième anniversaire de Félix, son oncle», détaille Mme Lambert en ajoutant que la pièce sera intégrée à une journée de festivités plus large.
Trois des six scènes seront présentées dès 14 h. La chorale Chanteclair interprétera des chansons de Félix Leclerc pendant une trentaine de minutes, après quoi les trois autres extraits théâtraux suivront.
Une épluchette de blé d'inde et un spectacle d'Alain Quessy et Normand Gélinas couronneront le tout. Il en coûte 15 $ pour assister à l'ensemble de la journée tenue sur le site de la ferme familiale sur laquelle a séjourné Félix dans les années 1930 - et où il a composé Notre sentier.
À l'île Saint-Quentin, le concept sera différent. Gaëtan Leclerc, un autre neveu de Félix, livrera les chansons de transition composées par son oncle pour égayer les changements de décors prévus entre les différentes histoires du P'tit bonheur. Le coût d'entrée au parc de l'île Saint-Quentin donne accès aux spectacles.
«Ce sont des scènes qui sont drôles. Mais comme c'est Félix Leclerc, il y a quand même un petit fond dramatique, quelque chose de touchant», décrit Rollande Lambert enparlant des saynètes de celui qui a signé des romans, de la poésie, des pièces de théâtre, des sketches pour la radio, et bien sûr, des chansons.
Les trois metteures en scène pourront compter sur les comédiens Jacques Brunet, Jean-François Pinard, Gabriel Godbout, Myriam Lortie, Robert Turcotte, Mario Baril,Alexandrine Piché-Cyr, Charles C.-Simoneau, Isabelle Rock, Yvon Parenteau, Gabriel Côté et Yves Deguire.
«Ce que je trouve intéressant, c'est de voir qu'on est un gros groupe, une vingtaine en tout, et qu'on retrouve toute cette énergie dans les mots, les émotions et les rires de Félix Leclerc. C'est touchant, c'est rassembleur. Et ça propage une facette qu'on connaît moins de lui, le théâtre», conclut Rollande Lambert en commentant ce projet estival des Nouveaux compagnons.