La directrice générale de la Maison Carpe Diem, Nicole Poirier.

L'approche Carpe Diem intéresse

La directrice de Carpe Diem, Nicole Poirier, est une conférencière très recherchée en Europe où elle participe actuellement à des colloques, formations et conférences autant en Belgique qu'en France.
La dernière semaine fut très chargée alors que Mme Poirier était l'invitée de la Fédération des Centres publics et d'action sociale et de l'Union des villes et communes de la Wallonnie afin de prononcer des conférences et participer à des échanges avec des professionnels et des directeurs d'établissements.
Un communiqué émis par Carpe Diem mentionne que Mme Poirier a eu l'occasion de rencontrer la déléguée générale du Québec à Bruxelles, Caroline Émond, venue assister à la conférence lors d'un panel, en compagnie de Brigitte Bouton, inspectrice générale du Département des aînés et de la famille, du Service public de la Wallonnie.
Les échanges auraient permis d'apprécier les possibilités d'exporter plusieurs aspects de l'approche de Carpe Diem, et ce, malgré les lois et contraintes institutionnelles et gouvernementales.
Par ailleurs, dans le cadre de la Journée internationale sur la maladie d'Alzheimer, l'approche Carpe Diem trouvera à nouveau écho auprès d'un large auditoire français à Poitiers, Roche-sur-Yon, Montpellier, Grenoble et Bordeaux, Beauvais et Beaune. Tous ces événements sont organisés par des établissements publics, des associations de familles et des Centres hospitaliers universitaires. Ils attirent des participants d'origines variées qui proviennent d'organismes régionaux et nationaux, associatifs et du grand public.
Carpe Diem se réjouit aussi d'y trouver des professionnels comme des médecins, psychologues, infirmiers ainsi que des étudiants, gestionnaires, aides-soignants qui sont de plus en plus nombreux à s'intéresser à l'approche Carpe Diem. En juin dernier, c'est approximativement 5000 personnes qui ont été sensibilisées à l'approche par le biais de diverses conférences et activités.
Mme Poirier s'est dit heureuse de cet accueil car il s'en suit souvent des retombées directes. «Carpe Diem est maintenant reconnu comme un lieu de stage dans le cheminement de plusieurs formations professionnelles françaises et belges.
On observe une hausse des visites, des voyages et des stages d'études à Carpe Diem. De plus, chaque voyage nous permet de rencontrer des sommités en neurologie, gérontopsychiatrie, sociologie, ce qui bonifie grandement notre expertise une fois de retour au Québec», observe-t-elle, en notant aussi une demande à la hausse par des établissements québécois.
À l'occasion de la Journée mondiale de l'Alzheimer, le docteur Roger Gill, professeur émérite en neurologie à l'Université de Poitiers, a donné la réplique à Mme Poirier, «dans un dialogue humaniste et scientifique». Il a été question d'éléments scientifiques et de recherche qui valident l'approche Carpe Diem.