Patrick Lahaie

Lahaie promet un chantier économique dans Maskinongé

Alors qu'il laissait entendre il y a quelques semaines que les portes de l'hôtel de ville de Louiseville étaient grandes ouvertes aux candidats qui désirent venir discuter de création d'emplois, le maire Yvon Deshaies recevait vendredi la visite du candidat péquiste dans Maskinongé, Patrick Lahaie, accompagné de la ministre de la Politique industrielle et de la Banque du développement économique du Québec, Élaine Zakahïb, pour annoncer son intention de mettre sur pied, dès la première année de son mandat, un chantier sur le développement économique dans cette circonscription.
M. Lahaie a souligné que depuis 2005, il n'y a eu aucun investissement majeur dans le parc industriel de la MRC de Maskinongé. «La dernière entreprise établie dans le parc industriel et qui a procédé à des investissements est l'imprimerie Gagné qui a procédé à un agrandissement totalisant 20 M$ et créant 50 emplois. C'est inacceptable qu'un parc industriel qui couvre près de 15 municipalités ne puisse bénéficier d'investissements majeurs. Après dix ans de règne libéral dans Maskinongé,  le bilan n'est pas à la hauteur des attentes. Le cri du coeur du maire de Louiseville a été entendu par notre gouvernement», a-t-il assuré.
Patrick Lahaie estime que si la MRC a tous les outils pour favoriser sa croissance, elle doit cependant obtenir le soutien et l'accompagnement appropriés. 
La ministre Zakaïb a pour sa part rappelé que la création d'emplois passe surtout par des entreprises qui se modernisent et se robotisent et qui utilisent des technologies de communication et d'information. 
«Ce sont les entreprises qui créent de la richesse et des emplois. Notre rôle, c'est de les soutenir. Ici malheureusement, il n'y a pas eu de concertation en développement économique et pendant des années, on n'a rien fait. On l'a vu par le parc industriel. Il faut une planification stratégique de développement économique. On va faire un vaste forum avec les entrepreneurs, avec les intervenants économiques, pour trouver une vision et établir un plan d'action.» 
Quand on fait remarquer au candidat qu'il existe déjà un incubateur industriel en plus du parc et que cela n'a pas semblé suffisant pour attirer les entrepreneurs, il répète qu'il faut consolider les entreprises existantes et en attirer des nouvelles.
«On peut facilement aller chercher 5 %  des budgets régionaux du fonds de diversification pour Maskinongé, ce qui donne un potentiel de 10 M$.  On a à peine investi 1 million $ avec Boiseries Leblanc et les Serres Saint-Laurent. Deux projets seulement. On est capables d'aller en chercher plusieurs autres», assure M. Lahaie qui reconnaît que les derniers projets qui ont germé dans Maskinongé, hors du parc industriel, (Les vins Gélinas, le Baluchon, Passion Lavande, Pur safran, l'hôtel Sacacomie, La Ferme de la Nouvelle-France, a-t-il énuméré) étaient un peu hors normes et que cela semble la marque des entrepreneurs dans Maskinongé. 
Il a donc encouragé les promoteurs à déposer des projets même s'ils sont audacieux. Présent au point de presse, le maire Deshaies a déclaré qu'il ne fallait pas voir dans son cri d'alarme une critique sévère du travail du CLD de Maskinongé mais il ne peut que constater que le parc industriel est vide et cela le mécontente. «Je veux agir, tout mon mandat sera là-dessus et j'exigerai beaucoup de tous ceux qui travaillent avec moi», a-t-il prévenu.