Les candidats libéraux Marc H. Plante (à gauche) et Jean-Denis Girard.

La nouvelle Garantie devrait s'implanter à Trois-Rivières, selon Girard et Plante

Les candidats libéraux Jean-Denis Girard, dans Trois-Rivières, et Marc H. Plante, dans Maskinongé, se sont engagés, vendredi, à tout mettre en oeuvre pour que Trois-Rivières accueille le futur bureau de la nouvelle Garantie de construction résidentielle, l'organisme qui remplacera les divers organismes qui administrent actuellement le plan de garantie de maisons neuves au Québec.
Il y a quelques jours, la ministre péquiste Agnès Maltais est venue annoncer, à Trois-Rivières, la refonte complète du plan de garantie. À partir du 1er janvier 2015, un nouvel administrateur sans but lucratif et indépendant appelé Garantie de construction résidentielle sera responsable de sa gestion.
Le candidat Girard a tenu à rappeler que «la ministre (libérale) Lise Thériault, alors qu'elle était ministre du Travail (...) avait déjà entrepris ces démarches. Cet aboutissement est aussi le résultat d'une longue démarche dans laquelle les députés du Parti libéral de toute la Mauricie ont été liés de très près depuis plusieurs années», a souligné M. Girard.
Actuellement, dit-il, aucun endroit n'a encore été choisi pour implanter les bureaux du nouvel organisme.
MM. Plante et Girard plaident que «cet organisme est le fruit du travail acharné des gens d'ici», faisant référence à la détermination de la Coalition Proprio-Béton qui défend les victimes de la pyrrhotite depuis quatre ans.
M. Girard et M. Plante indiquent avoir déjà discuté avec leur formation politique de la pertinence d'installer le gestionnaire du plan de garantie à Trois-Rivières. «Je peux vous assurer qu'avec un gouvernement libéral, tout sera fait pour assurer les meilleurs services possibles aux gens qui sont touchés par ce drame, dont le fait d'avoir chez nous, à Trois-Rivières, ce fameux bureau de la Garantie de construction résidentielle», a affirmé hier M. Girard.
M. Plante a indiqué qu'il joindrait ses efforts à ceux de M. Girard pour concrétiser cet objectif.
«C'est un rapport de proximité qui va être très important», estime M. Plante. «Tout le travail et l'annonce qui ont été faits l'ont été grâce aux gens d'ici», fait-il valoir.
M. Plante songe aussi aux emplois que générerait la présence de ce bureau dans la région. «Et surtout, ça répondrait aux besoins des gens d'ici», dit-il.
M. Girard ajoute que la Coalition Proprio-Béton «a développé une expertise et je crois sincèrement que ce sont les mieux placés pour être capables d'aider cet organisme-là à mettre des procédures en place» pour empêcher qu'une crise comme la pyrrhotite survienne à nouveau.
Pour M. Plante, ce serait aussi une manière d'améliorer les délais de réaction.