Malgré leurs personnalités bien différentes et leur humour qui l'est tout autant, Sugar Sammy, à gauche et Simon-Olivier Fecteau sont réunis dans une nouvelle comédie de situation intitulée Ces gars-là qui prendra l'affiche à V dès le 24 février.

La naissance d'un humour hybride

Réunir Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau dans une même comédie de situation en fait déjà un objet de curiosité mais le faire dans une série qu'ils ont eux-même écrite et qui est réalisée par le second, ne fait qu'augmenter le niveau d'intérêt. Les spectateurs pourront voir le résultat à l'écran à partir du lundi 24 février sous le titre de Ces gars-là.
Mercredi soir, on procédait à une soirée tapis rouge à la Maison de la culture avec visionnement des trois premiers épisodes de cette nouvelle série qui en compte 10, le tout en présence des deux principaux protagonistes.
Nerveux, les protagonistes? «Pas trop, dit Simon-Olivier Fecteau. On a eu des séances de visionnement public à Montréal et Québec et les réactions du public sont très encourageantes: les gens rient! Ça enlève un peu de pression. La vérité, c'est que j'ai très hâte que le public la voit.»
Le projet, né il y deux ans, origine de Sugar Sammy qui l'a proposé à son ami. «Entre l'idée de base et le résultat sur l'écran, les éléments essentiels sont restés. Les deux archétypes que représentent les personnages sont toujours là et l'empreinte de base demeure. Le genre d'humour que je voulais se retrouve aussi à l'écran. Ce que je voulais au départ, c'est que nous conservions chacun notre humour particulier et qu'il ne soit pas dénaturé.»
Les deux humoristes ont pourtant des personnalités foncièrement différentes. «C'est vrai, dit Sugar Sammy, mais on se complète. On savait que ça pourrait donner quelque chose d'intéressant. On voulait avoir suffisamment de liberté dans la création pour réaliser le genre de séries qu'on aime nous-mêmes voir à la télé et avec V, on a obtenu cette liberté-là.»
«On savait que V est une chaîne prête à prendre certains risques et c'est ce que ça nous prenait, plaide Simon-Olivier Fecteau, parce que nos textes sont parfois un peu audacieux. Le résultat est à notre goût.»
Les deux personnages qu'ils incarnent leur ressemblent. Ils sont aussi différents l'un de l'autre que les deux humoristes peuvent l'être dans la réalité. Les situations dans lesquelles ils sont plongés sont le fruit de leur création bicéphale. «On écrit vraiment conjointement. Je m'occupe le plus souvent de la structure dramatique des épisodes», explique Fecteau qui assure la réalisation de la série.
«Par contre, nous écrivons toujours les dialogues ensemble tout en les jouant pour nous assurer de leur réalisme, de confier son collègue. Si des dialogues ne sonnent pas complètement vrais, on les abandonne. C'est essentiel que les dialogues, la réalisation, le jeu soient aussi réalistes que possible même si les situations ne le sont pas forcément.»
Les personnalités contrastantes des deux amis confrontés aux mêmes situations constituent un ressort comique qui donne son ton à la série. «On a deux façons de penser et de réagir complètement différentes et finalement, la série est marquée par un humour qui est un peu un hybride de nos deux approches comiques. On n'a pas cherché à créer quelque chose de différent de ce qu'on retrouve déjà à la télévision mais on a quand même créé quelque chose de différent.»
Même si d'autres humoristes ont suivi un parcours similaire en créant leur série télévisée, les deux compères affirment ne jamais avoir conçu le projet avec en tête un plan de carrière. «On l'a simplement fait parce qu'on avait envie de le faire, dit Sugar Sammy. J'avais envie de travailler avec mon ami et il était prêt à essayer. On aurait très bien pu essayer de traiter la même idée sur le Web ou au cinéma mais la télévision apparaissait comme l'option qui nous permettait de la réaliser le plus rapidement.»
«En plus, la télévision est encore la plus importante plate-forme en termes de public à rejoindre, souligne le réalisateur. Je suis content du choix parce que ça nous donne aussi la possibilité de créer un arc dramatique sur l'ensemble des dix épisodes et de faire évoluer les personnages entre le début et la fin de la saison. On a en masse d'idées pour travailler sur une deuxième saison si la première connaît du succès.»
Avec la promotion dont on entoure cette nouvelle série, et avec ce qu'on a pu voir du premier épisode, il est permis de croire que Ces gars-là soit partie sur la route du succès.