La chanteuse Cindy Bédard s'apprête à réaliser un rêve au 50e Festival western de Saint-Tite.

La musique country dans le sang

Créé à l'origine pour stimuler l'économie locale, le Festival western de Saint-Tite s'est hissé parmi les événements touristiques majeurs du Québec. Le festival qui célèbre son 50e anniversaire attire chaque année près de 600 000 visiteurs, un exploit colossal pour une ville de moins de 4000 résidents. Afin de souligner cet anniversaire, Le Nouvelliste propose chaque semaine des entrevues qui montrent les nombreux visages de cette aventure western.
Pour certaines personnes, le Festival western de Saint-Tite a influencé leur vie. C'est dans les chapiteaux de ce rendez-vous annuel que Cindy Bédard a commencé à chanter et découvrir le bonheur d'être sur scène. Et aujourd'hui, la chanteuse originaire de la ville western par excellence fait partie de la relève du country québécois. 
Cette musique a toujours fait partie de celle qui a été sacrée interprète féminine de l'année au Québec lors du dernier Gala country. Aussi longtemps que Cindy Bédard s'en souvienne, les rythmes de la musique country l'ont accompagnée. «Je le dis souvent, mais ç'a commencé dans le truck à mon père. J'étais la DJ et il n'y avait dans le coffre à cassettes que la famille Daraîche et la famille Martel», se souvient la chanteuse de Saint-Tite. 
«Je suis rendu à mon deuxième album et je me rends compte que je fais finalement toujours du country. Et ce n'est pas du tout ça le but. Les influences arrivent de loin et naturellement c'est ce qui sort. [...] Je pourrais faire de la pop, mais je prépare mon troisième album et je n'y arrive pas. C'est vraiment ancré en moi.»
Née sur la rue Napoléon à Saint-Tite, Cindy Bédard n'a jamais raté d'édition du Festival western. Elle n'a bien sûr pas été témoin des 50 éditions, mais on ne peut le reprocher à une jeune femme qui sort à peine de la vingtaine. Autrement dit, elle ne connaît pas sa ville sans cet événement hors du commun. Chaque septembre dès que la température se rafraîchit, elle sent la frénésie s'emparer de sa communauté. Ou est-ce la nostalgie d'aller veiller «au cheval ou sur le perron de l'église»? Sûrement un peu des deux.
N'empêche que la musique country, bien présente durant le festival, l'accompagne toute l'année. «J'ai toujours aimé cette musique, mais en étant dedans, je ne m'en rendais pas nécessairement compte. Maintenant, je m'en rends de plus en plus compte et c'est un amour qui grandit avec les années», avoue Cindy Bédard. «Je suis amoureuse aussi de la façon d'être et la culture du country. Le côté petit village sympathique où tout le monde se dit salut.» 
Même son fils d'environ un an a une préférence pour le country. Il faut dire que le petit Lou était dans le ventre de sa mère lorsqu'elle enregistrait chez Audiogram l'album Coeur Sédentaire, son deuxième album après Fille du vent. «Lorsque je mets du métal ou du gros rock, il n'aime pas ça. Mais quand je mets du country, il tape dans les mains», souligne la jeune chanteuse qui croit bien qu'il a lui aussi cet amour de cette musique. 
«Un de ses premiers mots a été guitare. J'avoue qu'il l'a dit après tracteur, mais quand même!»
Depuis qu'elle est toute jeune, Cindy Bédard chante sur les scènes du Festival western. Mais le spectacle offert à la 50e édition va être mémorable pour la jeune artiste. Elle fait partie du grand spectacle de clôture de cette année anniversaire présenté deux fois le 16 septembre aux grandes estrades. Mis en scène par Renée Martel, ce spectacle réunira sur scène Isabelle Boulay, Paul et Julie Daraîche, Robby Johnson, Manon Bédard (qui n'est pas la soeur de Cindy), Véronique Labbé, Brigitte Boisjoli, Guylaine Tanguay, Annie Blanchard et Irvin Blais. 
«J'ai la chance de faire le gros show avec des icônes de la musique country. Je me vois encore petite fille et je vais côtoyer sur scène ces artistes», dit-elle émue en appréhendant quelque peu une foule énergique comme on en voit souvent aux grandes estrades. «Renée Martel veut faire un show qui lève. Ça fait 50 ans qu'elle vient à Saint-Tite, elle connaît la frénésie du western. Elle va vraiment faire un show avec de l'ambiance.»
À quelques semaines de ce spectacle, Cindy Bédard avoue sentir monter la nervosité en elle. Mais cela ne l'empêche pas d'apprécier grandement cette chance de célébrer la 50e édition de «son» festival western devant les siens aux côtés d'artistes qui l'ont tant influencé.