L'auteur-compositeur Baptiste Prud'homme s'est inspiré des mots des écrivains de la région pour concevoir son nouveau spectacle, Chansons de papier qu'il présentera jeudi soir à la Maison de la culture Francis-Brisson, de Shawinigan.

La Mauricie dans ses propres mots avec Baptiste Prud'homme

Baptiste Prud'homme n'aura jamais offert un spectacle aussi étoffé que Chansons de papier qu'il présentera jeudi soir, 20 h, à la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan. Un spectacle qui se décline comme un hommage à la littérature, aux auteurs d'ici et, comme souvent chez cet auteur-compositeur, à sa région même.
Baptiste Prud'homme a conçu ce nouveau spectacle sur une idée fort intéressante: chacune des douze chansons a été inspirée par une oeuvre d'un écrivain d'ici. Ainsi, la première s'intitule Amour de papier et a été tirée du livre du même nom de Réjean Bonenfant. Delphine est née de la nouvelle La nouvelle qui ment, en quelques cocotiers tirée du recueil Un pied dans le vide de Monique Juteau.
Suivent Le petit gars dans la lune, inspirée par Au pays des Poissons-Blancs, de Pierre Thiffault, Pieds nus dans l'aube, du roman du même titre de Félix Leclerc, Leslie, inspirée par Leslie Muller ou le principe d'incertitude de Lynn Diamond, Bird-in-hand, de Document 1, de François Blais, Marmotte, du roman du même titre de Bryan Perro, Petite fée, de L'amélanchier, de Jacques Ferron, La fleur qui ne meurt pas, de Dans mon village, il y a belle Lurette, de Fred Pellerin. À ces chansons, s'en ajouteront trois du répertoire de Baptiste Prud'homme: Entre le jour et la nuit, Entre l'encre et les mots et Mon coin de pays.
Comme si la proposition n'était pas suffisamment riche en soi, le spectacle sera rehaussé par un décor sophistiqué et des projections d'oeuvres d'art de Danielle Julien, Carl Chevari et Jean-Pierre Gaudreau. Et l'auteur-compositeur-interprète offrira des présentations de son cru. Prud'homme sera d'ailleurs accompagné sur scène par cinq musiciens sous la direction de Philippe Coulombe alors que la direction artistique a été assumée par Renée Houle.
«J'avais le goût de raconter des histoires, que chacune de mes chansons soit une histoire, ait son univers, explique le musicien. J'ai lu beaucoup et je me suis abandonné à des coups de coeur. Pour concevoir les chansons, j'ai puisé les propres mots des auteurs en les agençant à ma façon dans certains cas ou en prenant intégralement des extraits dans d'autres. Parfois, c'était particulièrement difficile comme procédé mais je sais que les gens qui connaissent les livres vont les reconnaître dans ce que j'en fais.»
«C'est un peu un hommage que je rends aux auteurs d'ici qui font d'ailleurs des choses extraordinaires. C'est aussi une façon de faire découvrir ceux d'entre eux qui sont moins connus. Mais les chansons qui en résultent gardent ma signature, c'est ma musique: je serais incapable de faire autrement. Pieds nus dans l'aube n'est pas une chanson de Félix Leclerc, ça reste une toune de moi avec ses mots à lui.»
Ayant reçu des subventions pour monter le spectacle, l'artiste de 36 ans estime qu'il n'a jamais eu tant de moyens pour réaliser un spectacle.
«C'est cool: j'ai d'excellents musiciens avec moi et on a pu mettre en oeuvre plusieurs belles idées. J'aimerais que le spectacle se promène. Pour l'instant, on ne parle que d'une représentation ici à la Maison de la culture Francis-Brisson mais j'aimerais présenter le spectacle à Trois-Rivières et un peu partout dans la région. Ça fait quand même un an que je travaille là-dessus et deux mois qu'on a commencé les répétitions. Je pense que c'est mon meilleur spectacle en carrière mais je ne dirais pas que ça constitue une étape particulière. Je prends les expériences comme elles viennent et celle-ci en est une intéressante.»
Elle démontre assurément l'intérêt marqué de l'artiste pour les mots et la littérature, notre littérature.
Les billets sont disponibles au Centre des arts de Shawinigan.