Le Ballet de Québec présentera sa version du conte La Belle au bois dormant à la salle J.-Antonio-Thompson le dimanche 9 février à 15 h.

La Belle au bois dormant: pour le rêve et l'émerveillement

Six ans après avoir proposé son adaptation du Seigneur des anneaux à Trois-Rivières, et cinq ans après la présentation du Château dans les étoiles, aussi à la salle Thompson, le Ballet de Québec revient en Mauricie le 9 février pour revisiter le conte La Belle au bois dormant.
Le mot «revisiter» est particulièrement approprié ici puisque la compagnie dirigée par Christiane Bélanger offre une réelle création, et non une interprétation du ballet de Tchaïkovski aussi inspiré du conte de Charles Perrault et des frères Grimm. Et cette démarche artistique est maintenant au coeur de la compagnie fondée en 2005.
D'abord, au plan du contenu, Christiane Bélanger privilégie le conte comme matière première, pour la portion de rêve et d'émerveillement qu'il procure. Le Ballet de Québec a successivement produit Cendrillon, Alice au pays des merveilles, Le Seigneur des anneaux, Le château des étoiles, Blanche-Neige et les sept nains et La Belle au bois dormant.
De plus, depuis 2008, la compagnie se démarque en basant ses ballets sur des musiques originales. Si Mme Bélanger a dû acquitter les droits d'utilisation des musiques de ses trois premières productions, elle a opté pour la création avec Le Château dans les étoiles, une oeuvre originale de Dominique Martens et Dominic Laprise, d'abord présentée en Europe avant d'être reprise par le Ballet de Québec dans la programmation des fêtes du 400e anniversaire de la capitale nationale.
Dominique Martens est un auteur et metteur en scène de spectacles français. Le musicien saguenéen Dominic Laprise, lui, a entre autres signé la musique de La Fabuleuse histoire d'un Royaume et des Aventures d'un Flo. Les deux hommes collaborent depuis 1990 à divers projets de spectacles multimédia et/ou à grand déploiement, surtout en France.
Christiane Bélanger, attribue le nouvel élan artistique de sa compagnie à la «belle complicité» née entre le duo de créateurs et elle lors de la présentation du Château dans les étoiles version Ballet de Québec.
Cette complicité a mené à la création de Blanche-Neige en 2010, et de La Belle au bois dormant deux ans plus tard. Mme Bélanger avait co-signé le scénario de Blanche-Neige avec Dominique Martens, mais elle lui a laissé le champ libre pour celui de La Belle au bois dormant, se concentrant pour sa part sur son rôle de chorégraphe. José-Nicolas Binette s'ajoute au trio de concepteurs à titre de scénographe multimédia.
Quelque 25 danseurs professionnels et de la relève donnent vie à l'histoire de la princesse qui, soumise au mauvais sort d'une méchante fée, s'endort pendant cent ans après s'être piquée sur le fuseau d'un rouet.
Christiane Bélanger gère aussi une école de danse qui porte son nom. Certaines de ses jeunes élèves se retrouvent dans le groupe de petites grenouilles, miroitant le concept de ce qu'on appelle dans le jargon de la scène «les petits rats de l'opéra», en référence aux plus petits qui composent des ensembles.
Quant à la Belle, elle est incarnée par Sarah-Gabrielle Déry-Blanchette, première danseuse au Ballet de Québec, qui fut de la distribution de toutes les productions de la compagnie.
Le spectacle a été présenté au Grand Théâtre de Québec les11 mars et 16 décembre 2012. La représentation à Trois-Rivières le 9 février à 15 h sera donc la troisième.
Christiane Bélanger est guidée par une philosophie qui valorise les idées de rêve, d'émerveillement, d'espoir, et aussi d'accessibilité. «Je veux donner espoir aux jeunes, mais aussi aux grands avec un coeur d'enfant. On aime ça être émerveillés, ça fait partie du rêve. Moi, je ne fais pas de la création pour me parler toute seule. Il faut laisser quelque chose. Je veux que les gens puissent sortir de la salle avec un sourire», formule-t-elle.