Julie Boulet

Julie Boulet très triste et déçue

«Je vais être très brève. Je suis très triste et déçue. Mais c'est la prérogative du premier ministre. Je tiens à dire que je vais continuer à servir la population de la Mauricie et du comté de Laviolette. Je vais continuer à faire mon travail comme je l'ai toujours fait. Ça s'arrête là pour mes commentaires.»
C'est par ces simples mots que la députée libérale de Laviolette, et ex-ministre du gouvernement Charest, Julie Boulet, a commenté la composition du cabinet Couillard.
Contrairement à ses collègues libéraux de la Mauricie, Mme Boulet était restée chez elle, mercredi, encore sous le choc d'avoir été écartée du nouveau cabinet, elle qui fut ministre à plusieurs ministères pendant une dizaine d'années. Seule son attachée, Amina Chaffai s'était rendue à Québec.
Lorsque Le Nouvelliste a demandé à Mme Boulet si elle comptait tout de même mettre à profit ses années d'expérience comme ministre ainsi que ses nombreux contacts, elle a répondu simplement «qu'elle collaborera avec M. Girard sans problème», avant de mettre fin à l'échange.
On ne peut s'empêcher de faire un parallèle entre cette déception et celle tout aussi cuisante vécue par l'ex-députée de Champlain, Noëlla Champagne, écartée du cabinet Marois malgré ses années d'expérience. À cela, on avait ajouté l'humiliation d'imposer un ministre provenant de l'extérieur de la région.