«Je souhaite que l'entreprise succombe aux charmes de la Mauricie»

Alors que la machine à rumeurs s'emballe au lendemain de l'annonce de la venue de FerroAtlántica au Québec, le ministre régional Yves-François Blanchet dit souhaiter que «l'entreprise succombe aux charmes de la Mauricie».
Mais, du même souffle, il reconnaît que ses collègues des autres régions du Québec envisagées par le promoteur pour y installer son usine de silicium doivent exprimer les mêmes souhaits pour leur milieu. On sait que le projet représente des investissements de 375 millions de dollars et la création de 300 emplois.
«Discrètement, l'entreprise est en discussion avec plusieurs sites à travers le Québec», a-t-il confié.
Interrogé à savoir si la région du Centre-du-Québec / Mauricie n'a pas davantage besoin d'une telle usine pour compenser la perte de Gentilly-2, le ministre Blanchet réplique en affirmant que les emplois de la centrale nucléaire seront remplacés «et beaucoup plus, avec ou sans cette entreprise-là».