Pierre Giguère

«J'ai toujours été libéral», affirme Pierre Giguère

Vaincu par près de 2000 voix aux élections provinciales de septembre 2012, alors qu'il était candidat de la Coalition avenir Québec dans Saint-Maurice, Pierre Giguère est officiellement devenu candidat du Parti libéral du Québec dans cette même circonscription, lundi soir, à l'occasion d'un rassemblement tenu à Shawinigan.
Pour le producteur agricole de 49 ans, il s'agit d'un retour aux sources après avoir brièvement quitté les libéraux pour tenter l'aventure caquiste en 2012. D'ailleurs, le principal intéressé ne craint pas que les électeurs le fuient en raison de ces récents soubresauts d'allégeance. «J'ai toujours été libéral dans cette coalition. La famille Giguère dans Saint-Maurice est très bien connue comme une famille libérale. Je n'ai aucun problème avec ça», a-t-il déclaré.
Ainsi, lors des prochaines élections provinciales, l'ancien conseiller municipal de Shawinigan aura donc la lourde de tâche de redonner la circonscription de Saint-Maurice au Parti libéral du Québec pour une première fois depuis 1994. Justement, l'ex-député libéral Yvon Lemire, qui a représenté Saint-Maurice de 1985 à 1994, se trouvait parmi les militants réunis au Broadway Pub, lundi soir.
Les députés Danielle St-Amand (Trois-Rivières) et Jean-Paul Diamond (Maskinongé) étaient également présents, tout comme l'attaché politique de ce dernier, Marc H. Plante, qui sera le candidat libéral dans Maskinongé au prochain scrutin. Retenue en Abitibi, la députée de Laviolette Julie Boulet était toutefois représentée par son attachée politique Amina Chaffaï.
Maintenant qu'il est désigné candidat, Pierre Giguère devra détrôner le député péquiste Luc Trudel qui vient à peine d'accueillir le caucus présessionnel du gouvernement Marois au cours duquel plusieurs millions de dollars ont été annoncés dans la région, particulièrement dans le comté de Saint-Maurice.
À ce sujet, le nouveau candidat libéral a dirigé quelques pointes envers la gestion des finances publiques du gouvernement Marois et toutes les annonces pré-électorales, en plus d'écorcher la Charte des valeurs et le projet de livre blanc sur l'indépendance du Québec.
«Quand les élections vont arriver et que le bilan du PQ va être déposé, on va pouvoir en parler. D'ici à ce temps-là, j'espère de tout coeur que ces chèques-là vont être encaissés», souhaite-t-il, tout en se demandant si les fonds rattachés à ces annonces sont réellement disponibles. «Si tout l'argent promis peut être investi, je vais être heureux, car on en a besoin dans la région. Mais j'ai des gros doutes. Je vais m'en remettre au jugement des électeurs.»
Aucunement amer de son passage à la CAQ, qu'il qualifie d'expérience positive, M. Giguère compte mettre davantage l'accent sur les programmes sociaux, maintenant qu'il est de retour chez les libéraux. Il soulève également le changement du contexte économique pour justifier son retour au PLQ.
«On sait qu'il y a des besoins dans la région. Il faut les accompagner dans tout ça. C'est certain qu'à mon bureau, il va y avoir une personne attitrée aux programmes sociaux. C'est tellement majeur dans la région», mentionne-t-il.
Maintenant, il se dit prêt à sillonner la circonscription de Saint-Maurice et à travailler de concert avec le nouveau chef libéral, Philippe Couillard. «Je suis très fier de lui. Pour moi, M. Couillard est un homme extrêmement intelligent. Il représente une force silencieuse et beaucoup de gens se reconnaissent en lui. J'ai extrêmement confiance en lui», a vanté M. Giguère.