Frédéric Dion à son arrivée au lac Mistassini.

«J'ai rempli une mission spéciale qui m'a demandé beaucoup d'énergie»

(Collaboration spéciale) J'espérais peut-être allumer un feu en utilisant un archet, aujourd'hui, mais cela n'a pas été possible. J'ai réussi à obtenir de la fumée plusieurs fois, mais jamais un tison pour allumer mon feu. C'est ma dernière nuit et je vais la passer en survie extrême comme les deux autres.
Je me donnais environ 10 % de chance d'allumer un feu. Évidemment, je ne me faisais pas d'espoir avec ça. C'est la dernière heure, dernière nuit, dernière journée, je m'ancre dans le moment présent et je fais ce qu'il faut, une minute à la fois. Ça va bien aller.
Je me suis lancé dans l'aventure pour trouver des astuces et des techniques d'auto-motivation et je pense que j'ai la situation idéale présentement pour travailler ça très fort.
Je viens de passer une heure à me masser les pieds et à essayer de les sécher, ce qui n'est pas totalement fait encore. C'est une grosse crainte, j'ai peur des engelures aux pieds et je fais le maximum pour ne pas que ça arrive. Je pense que j'ai perdu du poids, probablement plus d'une livre par jour.
Aujourd'hui, j'ai rempli une mission spéciale qui m'a demandé beaucoup d'énergie. J'ai des amis du projet Karibu qui traversent le Québec en ski de fond de Montréal à Kuujjuaq. Ils vont passer près du lac Mistassini dans environ deux semaines. Je leur ai laissé un petit cadeau. Il est caché au pied d'un arbre. Je vais les prévenir et ils vont pouvoir arrêter le prendre en passant. C'est un cadeau qu'ils vont apprécier de différentes façons.
Propos recueillis par Audrey Tremblay