Normand «Papy Nash» Gauthier.

Inspirer les jeunes en se dépassant

Retraité, Normand Gauthier se déplaçait à 65 ans avec une canne et était affecté par des douleurs au genou gauche depuis une dizaine d'années et par un mal de dos... depuis toujours. En plus, il pesait 200 livres.
«Je me sentais mal. Je prenais du poids. Sans trop m'en rendre compte, je glissais vers la mort», reconnaît l'ex-professeur d'éducation physique. Il a donc voulu changer des choses dans sa vie.
«J'ai tout arrêté: la bière, le vin, le gâteau, la crème glacée, les sucreries, la friture», énumère-t-il. Et à la suggestion de sa fille, il s'est remis à l'entraînement. Il a chaussé des espadrilles et s'est mis à la course à pied.Les résultats ne se sont pas fait attendre. «Quand je travaillais en activité physique, jamais je ne m'entraînais comme là.» Il a commencé à maigrir et ses temps se sont améliorés agréablement.
Après trois semaines, il avait fondu à 157 lbs. Il a d'abord franchi 5 km en 33 minutes et 20 secondes. La semaine suivante, il retranchait près de quatre minutes (29min 29s). Six ou sept mois plus tard, aux côtés de l'unique Marcel Jobin, il enregistrait un temps de22min 26s. Toujours sans sentir l'effort. «Moi, Marcel, je fais ça pour mon plaisir», avait-il confié à son ami d'enfance, tout ébahi devant ses prouesses.
Les deux copains sont allés au Championnat des Amériques où Papy Nash a participé au 10 km en montagne et au 8 km «cross country».
Dans la première épreuve, il s'est classé 16e sur 71 concurrents de 35 ans et plus et premier dans son groupe d'âge. «Médaille d'or et nouveau record de parcours», précise-t-il, tout fier de son exploit. Et il a récidivé dans l'autre course.
En plus de le faire pour sa propre santé, il voulait joindre l'utile à l'agréable en endossant une cause. C'est là que lui est venue l'idée de créer une fondation: la Fondation Papy Nash.
«C'est pour venir en aide aux jeunes qui se prennent en main en faisant de la compétition sportive. On ramasse des fonds pour les aider à défrayer les coûts que ça leur occasionne. Et s'ils font de la compétition, ils prennent soin de leur santé», se réjouit-il. L'OSBL appuie également des aînés lors de compétitions.
Le coureur a mis sur pied quatre activités de financement pour sa Fondation: le Grand défi Papy Nash énergie, présenté le premier dimanche d'octobre au Centre Gervais auto de Shawinigan; des défis qu'il relève, comme celui de 200 km sur tapis roulant et vélo stationnaire qu'il a réalisé en décembre dernier; les conférences qu'il donne dans les écoles et au cours desquelles il invite les jeunes à ne pas toucher à l'alcool, le tabac et les drogues.
Finalement, les revenus engendrés par la vente de son dernier livre, Sous les papillons, vont également dans les coffres de sa Fondation. (Il compte également un recueil de poèmes paru en France, en Suisse et en Belgique, et un troisième ouvrage fait partie de ses projets.)
Âgé aujourd'hui de 67 ans, Papy Nash entend bien maintenir la cadence, car les bienfaits sont plus que satisfaisants. «Mes maux de genou et de dos ont disparu depuis que j'ai commencé à courir.» Et son poids a baissé à 125 lbs.
D'ailleurs, ce ne sont pas les projets qui manquent. L'automne prochain, il veut aller s'entraîner cinq mois en Floride, et en avril 2015, il a à son agenda le Country Music Marathon à Nashville (Tennesse). Suivra son objectif ultime: le Championnat du monde à Lyon en 2015, où 164 pays devraient être représentés.
Papy Nash donne aussi dans la musique country. Il a fondé, à sa retraite, les productions Nashville pour faire des spectacles. Et rapidement, pour les intimes, c'est devenu M. Nashville, puis «Nash», avant que les petits-enfants n'y ajoutent «Papy». D'où son surnom: Papy Nash.
Vous pouvez entendre l'entrevue avec notre Tête d'affiche dans l'émission matinale Chez nous le matin, animée par Frédéric Laflamme, au 96,5 FM, entre 6 h et 9 h, ainsi que le reportage présenté au Téléjournal Mauricie du dimanche.