Georges Hamel

Georges Hamel: une figure de proue du Festival western de Saint-Tite

Le décès de Georges Hamel laisse dans le deuil de nombreux habitués du Festival western de Saint-Tite où l'artiste figurait parmi les noms les plus souvent réclamés. «Je ne sais pas exactement combien de fois il est venu, mais dans les cinq dernières années, il était au programme quatre fois», mentionne le directeur artistique du Festival, Sylvain Bédard, pour illustrer l'importance de l'homme pour l'événement.
Son décès survenu mercredi découle d'une longue maladie qui l'a d'ailleurs empêché d'honorer ses deux derniers engagements au Festival. «En 2012 et 2013, il était prévu qu'il prenne part à des spectacles collectifs, mais il a dû annuler», se souvient M. Bédard.
Son dernier spectacle intégral remonte donc à 2011, un moment dont le directeur artistique se souviendra longtemps.
«Ça restera parmi mes beaux moments au Festival. M. Hamel était arrivé tôt le matin et on venait de terminer le test de son quand la dame responsable du foyer pour personnes âgées de Saint-Tite m'a téléphoné pour me demander si M. Hamel pouvait passer saluer les résidents. Il n'a pas hésité une seconde. Non seulement il a accepté, mais il n'était pas question pour lui de partir sans sa guitare et son amplificateur. Il a fait quatre ou cinq chansons sans jamais demander de cachet», relate Sylvain Bédard.
Du côté de la direction du Festival western de Saint-Tite, le président Pascal Lafrenière affirmait qu'il était trop tôt pour déterminer si un hommage allait être rendu à celui qu'on surnommait le «gentleman du country» lors de la prochaine édition.
Le fils de Sainte-Françoise
Pour le maire Mario Lyonnais, la municipalité de Sainte-Françoise vient de perdre son fils. «C'était un ami personnel, on se voyait régulièrement. Il devait présenter un concert le 26 avril prochain pour l'inauguration de notre salle multifonctionnelle», a-t-il raconté. Le chanteur country lui avait fait cette offre au lendemain de l'incendie de l'église de son village natal en avril 2012.
À Sainte-Françoise, un sentier multifonctionnel porte déjà le nom de Georges Hamel. «Il était fier de ses racines», a conclu le premier magistrat.