Fermeture de la plage de Floribell

Au plus fort des vacances estivales, la station touristique Floribell avait une bien mauvaise nouvelle à annoncer aux baigneurs, vendredi. La plage sera en effet interdite d'accès pour une durée indéterminée en raison d'une contamination bactériologique élevée.
C'est ce qu'ont révélé les résultats des prélèvements effectués sur l'eau du lac Bell le 21 juillet dernier par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. De nouveaux échantillons d'eau ont été prélevés vendredi et les résultats devraient être disponibles en début d'après-midi aujourd'hui. D'ici là, la baignade et les embarcations sur le lac sont interdites. 
Au ministère, on indique que les évaluations seront faites plus rapidement qu'à l'habitude, car la situation est inhabituelle. L'eau du lac Bell est reconnue pour sa qualité. Les derniers rapports datant du 10 juillet dernier révélaient d'ailleurs une eau de catégorie A, correspondant à une eau d'excellente qualité. En moins de deux semaines, elle a rétrogradé à la catégorie D, le niveau le plus faible de qualité bactériologique de l'eau. Ni le Ministère, ni la station touristique n'étaient en mesure d'expliquer avec certitude la raison d'un aussi brusque changement de la qualité.
Le fils des propriétaires de la station touristique Floribell, Jean-François Gauthier, était sous le choc. Que cette interdiction arrive durant une période aussi achalandée ajoute à la frustration et à la déception. 
«On veut protéger les gens. J'espère qu'on va être ouvert la semaine prochaine. On est en haute saison», affirme-t-il. «Mais en même temps, personne n'a été malade entre le 21 juillet et aujourd'hui [vendredi]». 
M. Gauthier avoue que quelques personnes ont rebroussé chemin quand ils ont su que la baignade était interdite pour la journée. Le tarif d'entrée était d'ailleurs revu à la baisse vendredi. Heureusement, le beach-party prévu aujourd'hui doit quand même avoir lieu.  
Cette dégradation rapide de la qualité de l'eau soulevait des questionnements au Floribell. «Ça fait 17 ans que mes parents sont propriétaires et on n'a jamais vu ça. Que la cote du lac passe de A à D en aussi peu de temps, il s'est passé quelque chose qui est hors de notre contrôle. Il faut trouver la source du problème», soutient M. Gauthier. 
Quelques familles profitaient tout de même de la plage. Sonia Buisson et Marie-Ève Brouillette jouaient dans le sable avec leurs enfants et avaient de la difficulté à les empêcher de se baigner. Mme Buisson est résidente saisonnière du camping depuis six ans et était surprise de voir l'accès interdit à l'eau pour cause de contamination. «C'est la première fois que ça arrive depuis que je suis ici. Mais l'eau a toujours été de bonne qualité alors je ne m'inquiète pas trop. On réussit à profiter de la plage quand même», assure-t-elle. 
D'autres étaient venus passer la journée au Floribell spécialement pour profiter de la plage et du lac. Avec l'interdiction de se baigner en cours, la famille de Johanne Beauchemin tentait de trouver d'autres façons de s'amuser. «On ne peut pas faire de pédalo. On ne peut même pas mettre nos pieds dans l'eau», s'étonnait-elle. «Mais je les comprends d'agir comme ça. Ça ne nous empêchera pas de revenir», ajoute-t-elle.
Mario Doucet est en vacances depuis jeudi. Lui aussi résident saisonnier du camping depuis plusieurs années, il pensait pouvoir profiter de la plage avec ses enfants de six et neuf ans, mais on est venu l'avertir en matinée qu'ils devaient sortir de l'eau. «La plage, c'est une des principales attractions. Qu'est-ce qu'on fait maintenant? On retourne se baigner chez nous? Le temps qu'on est ici, on veut pouvoir profiter de la plage», rétorque le père de famille originaire de Bécancour. Il ajoute que les campeurs étaient très surpris d'apprendre la nouvelle. «C'est un peu irréel. Les gens sont sous le choc ici, ils sont attristés», mentionne-t-il.
Le Ministère demande donc de ne pas fréquenter cette plage à des fins de baignade tant qu'un avis contraire n'aura pas été diffusé. La situation sera réévaluée quand les résultats des derniers prélèvements seront obtenus.