Les quelque 250 employés de la Coop fédérée à Trois-Rivières sauront quel sort les attend, ce vendredi matin à l'occasion de la visite du grand patron, Claude Lafleur.

Fermeture de la Coop fédérée: «On vit un deuil»

Le processus de fermeture de la Coop fédérée de Trois-Rivières au profit de Boucherville achève et la clef sera mise sous la porte comme prévu le 16 février prochain.
«Pas moins de 80 % de l'entrepôt est déjà vidé. Cette semaine, tous les magasins sont transférés à Boucherville», indique le président du local 178 d'Unifor, André Dufresne. «Les employés du côté quincaillerie et matériaux finissaient mercredi. Ils reprennent l'ouvrage le 5 janvier, mais ils vont travailler trois jours semaine», dit-il.
Au cours des derniers jours, les employés restants étaient si peu nombreux, dans la bâtisse, «qu'on entendait les murs craquer. On vit un deuil. On le voit plus maintenant. On travaille cinq jours semaine, mais il n'y a plus personne dans la cantine. Ça fait triste», dit-il.
Comme prévu, les employés restants vont pouvoir profiter d'un congé aux Fêtes.
Même si une centaine de travailleurs de la Coop doivent se chercher de l'emploi, les autres bénéficiant d'une retraite, une vingtaine de personnes, dont 10 syndiqués, demeureront à l'emploi de la Coop au département des pièces et machinerie», indique M. Dufresne qui en fait lui-même partie.
«Ils ont toujours dit que ça restait ouvert, ce département-là, mais pour combien de temps, on n'a aucune idée», dit-il.
Un employé sur dix a réussi à trouver du travail pour l'instant, mais à l'extérieur de la Mauricie, précise M. Dufresne.
La Coop fédérée embauchait 250 personnes, dont 150 syndiqués avant l'annonce de la fermeture.
Le 16 février, ce sont 70 employés qui vont partir définitivement de l'entrepôt. «La moyenne d'ancienneté est de 25 ans», dit-il.