Un joueur de curling de Trois-Rivières qui s'inscrit au centre du secteur Grand-Mère ne paiera aucune surcharge. Celui de Saint-Boniface, lui, devra ajouter un montant de 170 $ au tarif de base de 350 $.

Équipements supralocaux: entente entre Trois-Rivières et Shawinigan

La livraison de la programmation automnale 2017 du service de loisirs et culture de la Ville de Shawinigan permet de connaître en détail les changements apportés à la tarification pour les résidents de l'extérieur à compter de maintenant.
Les adeptes de patinage libre à Shawinigan devront se procurer un laissez-passer à 100 $ s'ils n'habitent pas à l'intérieur des limites de la ville. Une exception est toutefois prévue pour les résidents qui invitent des parents ou des amis à l'aréna pendant leur visite.
Le retour sur ce sujet a donné l'occasion au maire, Michel Angers, d'annoncer une entente de réciprocité avec Trois-Rivières pour les inscriptions, une nouveauté qui permettra aux citoyens de ces deux villes de ne payer aucuns frais de non-résident aux activités proposées.
Le conseil municipal de Shawinigan n'a même pas cru bon entériner cette entente par résolution. M. Angers indique qu'il s'agit tout simplement d'une directive donnée aux services des loisirs de chaque ville à la suite de discussions avec son homologue de Trois-Rivières, Yves Lévesque. Ce dernier a confirmé les modalités générales de cette entente.
Par exemple, un joueur de curling de Trois-Rivières qui s'inscrit au centre du secteur Grand-Mère ne paiera aucune surcharge. Celui de Saint-Boniface, lui, devra ajouter un montant de 170 $ au tarif de base de 350 $.
«Nous avons convenu que nous avions un nombre d'équipements supralocaux à peu près équivalent», commente M. Angers. «C'est exactement ce qu'on souhaitait avec les autres municipalités. Trois-Rivières a décidé de collaborer avec nous. Les services de loisirs se sont rencontrés et c'est ce qui a été convenu.»
Pour le reste, la programmation automnale dévoile plusieurs hausses dans la tarification d'activités, mais selon M. Angers, il ne faut y voir qu'un portrait plus juste de la valeur du service rendu.
«Les montants reflètent la réalité», commente le maire de Shawinigan. «Nonobstant les frais associés aux immobilisations ou les frais indirects, nous avons demandé au service des loisirs combien coûtaient réellement les dépenses associées aux activités.»
En général, les non-résidents doivent s'attendre à payer deux fois plus cher qu'un Shawiniganais pour s'inscrire aux diverses activités offertes. Il s'agit du même principe appliqué dans le passé.
Pour donner une idée, les frais pour le programme de sécurité aquatique de la Croix-Rouge augmentent de 2 $ pour les résidents de Shawinigan cet automne et de 4 $ pour ceux de l'extérieur. Le cours de secourisme, lui, passe de 50 $ à 60 $ pour les Shawiniganais et de 100 $ à 120$ pour les visiteurs.
Patinage libre
Au moment de l'adoption du nouveau règlement sur la tarification des loisirs en juin, le cas du patinage libre avait suscité des interrogations. 
Rappelons qu'à compter de cet automne, le résident de l'extérieur devra acquitter une charge de 100 $ pour la période entre septembre et décembre et 75 $ pour celle entre janvier et mars. L'activité demeure gratuite pour les résidents de Shawinigan. 
Par contre, aucun tarif à l'entrée n'est prévu à l'heure actuelle pour les visiteurs occasionnels.
Par exemple, un résident de Saint-Mathieu-du-Parc qui décide, pendant un avant-midi de novembre, de se rendre au Centre Gervais auto pour se délier les jambes au patinage libre sera immédiatement invité à se procurer son laissez-passer à 100 $, même s'il s'agit d'une visite exceptionnelle.
«Si des gens trouvent ça un peu cher ou exagéré, on les invite à parler à leur conseil municipal pour l'inciter à avoir une entente avec la Ville», réitère François St-Onge, directeur des communications à Shawinigan. «C'est ce que nous avons essayé de faire.»
Le service des loisirs offrira toutefois une certaine «souplesse» dans le cas d'un résident de Shawinigan qui reçoit de la visite. En se présentant à l'aréna avec sa preuve de résidence, il pourra en faire bénéficier sans frais à ses invités, confirme François St-Onge, directeur des communications.
Outre l'entente de réciprocité avec Trois-Rivières, Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Saint-Mathieu-du-Parc se sont également entendues avec Shawinigan, mais sur le processus de collecte de tarification supplémentaire pour les non-résidents. 
La tâche risque de devenir assez compliquée pour le service des loisirs de Shawinigan, au sens où des ententes particulières sont conclues à gauche et à droite. Il est permis de se demander si la collecte ne deviendra-t-elle pas plus complexe par rapport à la situation qui prévalait avant cette interminable négociation.
«Nous avons toujours souhaité que ce soit le plus simple possible», rappelle M. Angers. «Les gens commencent à s'apercevoir que c'est complexe. Nous, on voulait des ententes intermunicipales à rabais et c'était réglé pour tout le monde. Le constat qu'on fait, c'est que des municipalités sont accrochées sur des principes qui pénalisent plein de gens. Ce n'est pas ce qu'on souhaitait.»
«On va laisser passer un peu de temps et on ose espérer qu'on pourra en rediscuter à un autre moment», ajoute M. Angers. «Nous aurons encore de la souplesse, tout en étant respectueux pour le citoyen de Shawinigan, qui paie toujours le gros prix.»