Le Danois Nikolaj Ehlers est le seul joueur de la LHJMQ à rouler à plus de deux points par match.

Ehlers, premier de classe

La saison de la LHJMQ tire à sa fin, alors les hommes de hockey du circuit ont voté au cours des derniers jours pour déterminer les finalistes et les gagnants au prochain Gala des Rondelles d'Or. Allons-y du même exercice pour les principaux trophée qui sont à l'enjeu!
Trophée commémoratif Michel-Brière
Joueur le plus efficace
Il est le seul joueur de la ligue à rouler à plus de deux points par match. Il marque des buts à forces égales, en avantage numérique et en désavantage numérique.
Non, Nikolaj Ehlers (Mooseheads) ne gagnera pas le titre de meilleur marqueur puisqu'il a raté une quinzaine de matchs, mais c'est tout ce qu'on peut lui reprocher car il est clairement le meilleur joueur du circuit. Marvin Cüpper est celui qui lui fait la plus chaude lutte, son impact est indéniable sur les jeunes Cataractes. Sans vétéran de 20 ans devant lui à la ligne bleue, avec deux défenseurs de 16 ans dans le top 4, Cüpper affiche le meilleur pourcentage d'arrêts du plateau et il a signé tous les triomphes de son club, sauf deux! Connor Garland (Wildcats), qui raflera le titre de meilleur marqueur, mérite la troisième place du podium.
Trophée Émile-Bouchard
Défenseur de l'année
La lutte est plus vive pour ce prix. Mais à cause de son impact au sein de l'Armada, Daniel Walcott est notre choix. Le vétéran de 20 ans contribue dans les trois zones et son différentiel est le plus éclatant des 20 meilleurs pointeurs chez les défenseurs. Il devance Ryan Graves, qui a raté les premières semaines du calendrier en raison d'une blessure mais qui, depuis son retour au jeu, est l'homme de confiance de Philippe Boucher dans le champ arrière des Remparts.
Mention honorable à Samuel Morin (Océanic), tiré d'un tout autre moule. Moins offensif, mais plus robuste et certainement plus dur à contourner à 6'7»! Morin est le seul défenseur de la LHJMQ à s'être mérité une place au sein d'Équipe Canada junior.
Trophée Michael-Bossy
Meilleur espoir professionnel
Thomas Chabot (Sea Dogs) est le mieux placé pour rafler le titre. La centrale de la LNH ne l'a pas identifié comme le meilleur espoir du circuit par hasard, sa mobilité et son sens du hockey le rendent très attrayant. Derrière lui, il y a une belle brochette de jeunes surdoués. Je penche vers Evgeny Svechnikov (Screaming Eagles), un attaquant tellement explosif, et Anthony Beauvillier (Cataractes), constant depuis le jour 1 du calendrier, comme finalistes.
Coupe RDS
Recrue de l'année
Parce qu'il n'a que 16 ans, Samuel Girard est la recrue la plus impressionnante du plateau. Il est déjà le quart-arrière des Cataractes, il évolue sur la deuxième paire de son équipe et il a passé le cap des 40 points. Dmytro Timashov (Remparts), Evgeny Svechnikov (Screaming Eagles) et Filip Chapik (Islanders) occupent aussi des rôles très importants au sein de leur équipe respective.
Trophée Ron-Lapointe
Entraîneur de l'année
Impossible de ne pas songer à Joël Bouchard, dont l'équipe a complètement déjoué les analystes. L'Armada devait se battre pour une place en série, il s'est plutôt battu jusqu'à cette semaine pour la tête du classement général! Autant collectivement qu'individuellement, la progression des éléments sous ses ordres est étonnante. Darren Rumble, des Wildcats, a lui aussi fait de l'excellent boulot pour tirer le maximum de son équipe. Quant à Martin Bernard (Cataractes), il a orchestré une progression de plus de 30 points par rapport à la saison précédente.
Trophée commémoratif Maurice-Filion
Directeur-gérant de l'année
Philippe Boucher avait tout un défi à relever. Il peut dire mission accomplie. Sur papier, les Remparts sont certainement dignes d'être le club hôte du prochain tournoi de la Coupe Memorial. Boucher a obtenu du renfort de qualité, sans sacrifier Callum Booth, qui sera le visage de la reconstruction de l'équipe.
Martin Mondou mérite lui aussi des félicitations, son audace dans les dossiers de Dennis Yan, Gabriel Sylvestre et Christophe Lalonde a offert du renfort de qualité à son pilote. Yannick Jean est mon autre finaliste, pour son boulot impeccable durant son court règne avec les Tigres de Victoriaville. Puis, rendu à Chicoutimi, il a su redresser le navire.
«J'ai l'impression de marcher sur une douzaine d'oeufs sans avoir le droit d'en écraser un.»
Vincent Dunn au journal L'Avantage, après avoir écopé d'une suspension de deux matchs la semaine dernière pour avoir enlevé le casque d'un rival lors d'une bagarre. Dunn se disait totalement en désaccord avec le verdict des autorités de la LHJMQ. «Je ne pense pas que je sois le joueur préféré de la ligue. Voilà pourquoi je suis suspendu... Je pourrais gager beaucoup d'argent sur le fait que si cela avait été un autre joueur dans cette ligue-là, je ne pense pas qu'il aurait mérité deux matchs de suspension.»