Échos de campagne...

Touche à rien!Lors de son passage à Trois-Rivières, l'équipe du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, avait choisi de tenir un point de presse dans un laboratoire du Technocentre. On avait même décidé de monter le lutrin et d'installer les micros devant des équipements très sophistiqués et coûteux. En plaçant la candidate d'Arthabaska, Sylvie Roy, devant une machine, on lui a bien dit: «Surtout, tu ne touches à rien.» Ce dont ne s'est pas formalisée la candidate, réputée semble-t-il, pour faire preuve d'une certaine maladresse à l'occasion.
Bonnes pancartes, mauvais comté
La pose de pancartes est un incontournable dans chaque campagne électorale et l'affichage d'un candidat dans la mauvaise circonscription est en train d'en devenir un. La semaine dernière, des affiches du candidat péquiste dans Maskinongé, Patrick Lahaie, auraient été aperçues à Saint-Boniface, qui fait partie du comté de Saint-Maurice. L'ex-maire de Saint-Élie-de-Caxton et membre de l'Association libérale de Maskinongé, André Garant, se promet bien de taquiner le candidat péquiste de Saint-Maurice, Luc Trudel, à propos de cette «invasion», si l'occasion se présente!
Flip flop
La candidate péquiste dans Champlain, Noëlla Champagne, n'était pas peu fière de présenter son matériel promotionnel de campagne lors d'un point de presse alors qu'on pouvait voir sur écran télé son slogan: Champlain et Champagne c'est indissociable, alors que les quatre dernières lettres de Champlain pivotaient pour faire «Champlain» et «Champagne», alternativement. Pour la prochain campagne, on lui a suggéré: «Champagne pour tout le monde!».