La Ville de Shawinigan souhaite être en mesure d'ajouter 67 unités aux 1008 déjà annoncées pour la desserte d'égouts autour du lac à la Tortue.

Eaux usées au lac à la Tortue: le projet bonifié d'une soixantaine d'unités

La Ville de Shawinigan souhaite être en mesure d'ajouter 67 unités aux 1008 déjà annoncées pour la desserte d'égouts autour du lac à la Tortue, un projet d'infrastructures majeur qui s'ébranlera au cours des prochains mois.
Le maire, Michel Angers, croit pouvoir réaliser cet engagement en raison de la forte compétition qui se manifestera pour obtenir ce contrat de plus de 40 millions $. En obtenant de bons prix, la Ville de Shawinigan croit qu'elle pourra ainsi desservir plus de citoyens.
Des riverains ont formulé cette demande au conseil municipal à quelques reprises depuis l'an dernier. M. Angers a toujours assuré qu'il tenterait de bonifier le projet, en respectant l'enveloppe budgétaire puisque tout dépassement de coût devra être assumé à 100 % par les bénéficiaires. Il peut maintenant quantifier précisément jusqu'où la Ville pourrait aller.
«Nous avons ajouté 67 unités», confirme M. Angers. «Nous avons fait le travail.»
En fait, déjà en juillet, la Ville avait adopté un règlement d'emprunt de 3,650 millions $ pour les honoraires des services professionnels liés à ce projet. L'estimation initiale établissait plutôt ces coûts à 5,6 millions $. 
Les élus ont accordé un premier contrat à Pluritec en septembre, au montant de 763 795 $. En décembre, le même règlement d'emprunt était utilisé pour financer une étude géotechnique et une caractérisation environnementale des sols qui sera réalisée par Englobe Corp., au montant de 121 966 $.
«Jusqu'à maintenant, c'est très en deçà des estimations qui avaient été faites», explique M. Angers. «C'est pourquoi nous avons ajouté 67 unités, dans les contours du lac.»
En séance extraordinaire en fin d'après-midi lundi, le conseiller du district des Boisés, Martin Asselin, a présenté un avis de motion pour annoncer l'adoption prochaine d'un emprunt de 40,815 millions $ pour la réalisation du coeur du projet.
En additionnant cette somme à celle couvrant les services professionnels, on arrive à un budget de 44,465 millions $, somme qui surpasse légèrement les 42,5 millions $ avancés lors de la présentation du dernier budget, en décembre. Les 67 unités supplémentaires expliquent une bonne partie de la différence.
Or, la contribution du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées, annoncée le 27 janvier, prévoit une aide représentant 83 % des coûts admissibles. En fait, Ottawa et Québec ont annoncé des contributions maximales de 21,5 millions $ et de 14,2 millions $ respectivement. Ces 35,7 millions $ serviraient donc à financer un projet de 43 millions $ pour respecter les cadres du FEPTEU. 
«On va donc souhaiter que les coûts des travaux nous permettent de collecter ces unités supplémentaires», résume le maire. «Si ça dépasse (43 millions $), on va enlever des unités jusqu'à ce qu'on arrive au montant.»
Le maire réitère que le gouvernement du Québec connaît parfaitement les intentions de la Ville et jusqu'ici, il ne détecte aucun problème à ce que le projet subisse de légères modifications, pourvu que le budget soit respecté.
«Il n'y a pas de cachette», assure-t-il. «Nous avons dit au ministère que notre objectif était de connecter le plus de maisons possible pour le montant de subventions que nous aurons. On pense qu'on sera pas mal en bas des coûts et qu'on pourra ainsi connecter plus de maisons, si c'est accepté.»
Le maire rappelle que l'objectif ultime demeure la protection du lac à la Tortue. L'ajout d'une soixantaine de résidences au projet éliminerait autant de risques de fosses septiques non conformes qui pourraient nuire à la santé du plan d'eau.
Détails à venir
Pour le moment, M. Angers ne peut dévoiler précisément les endroits qui s'ajouteraient à la desserte annoncée en mars 2016 à Espace Shawinigan. Les citoyens en sauront davantage lors d'une nouvelle assemblée d'information, qu'il prévoit maintenant «en avril ou en mai».
«Nous avons beaucoup de discussions autour de ce projet et le plan de match s'en vient», commente-t-il. «Dès que nous aurons tous les détails, nous irons de l'avant. Si on fait notre rencontre trop tôt, il va nous manquer des éléments.»
Au moment de la confirmation de l'aide financière fédérale-provinciale, il était indiqué que le début des travaux était prévu vers le 5 juin. Rappelons que ce réseau d'égout desservira également 197 unités du côté de Hérouxville.