À la lumière des données compilées, on constate non seulement un fort taux d'assiduité en général, mais on peut aussi conclure que chacun a su respecter l'article de loi qui encadre la présence des élus au conseil.

Des élus assidus à Trois-Rivières

Les élus municipaux de Trois-Rivières ont-ils fait preuve d'une grande assiduité aux réunions du conseil ou des différents groupes de travail sur lesquels ils doivent siéger lors de la dernière année?
Encore une fois cette année, Le Nouvelliste a procédé à la compilation de tous les procès-verbaux des rencontres tenues par les différents comités, le comité exécutif et le conseil municipal afin de dresser le bulletin de présence du maire et des conseillers municipaux pour l'année 2016.
À la lumière des données compilées, on constate non seulement un fort taux d'assiduité en général, mais on peut aussi conclure que chacun a su respecter l'article de loi qui encadre la présence des élus au conseil.
En effet, la Loi sur les élections et les référendums stipule que le mandat d'un membre du conseil qui a fait défaut d'assister aux séances du conseil pendant 90 jours consécutifs prend fin à la clôture de la première séance qui suit l'expiration de cette période, à moins que le membre n'y assiste. 
À l'exception du conseiller municipal Jeannot Lemieux du district des Vieilles-Forges, qui a dû s'absenter au début de l'année 2016 pour des raisons de santé - M. Lemieux a subi une opération au coeur -, les autres membres du conseil ont tous assisté au minimum à plus de 80 % des séances du conseil municipal, dont trois conseillers qui n'ont raté aucune des 27 séances ordinaires et extraordinaires de l'année 2016, soit Ginette Bellemare, Marie-Claude Camirand et André Noël.
En ce qui concerne les groupes de travail, encore une fois trois membres sont les plus assidus, soit Pierre-A. Dupont, Michel Cormier et Marie-Claude Camirand, n'ayant tous trois raté aucune rencontre des groupes de travail auxquels ils sont assignés.
Notons toutefois que chaque élu ne siège pas sur le même nombre de groupes de travail et que certains groupes nécessitent plus de rencontres que d'autres dans une année. Les résultats sont d'ailleurs présentés dans un tableau ci-contre, indiquant également le nombre de groupes de travail et le nombre de rencontres annuelles prévues pour chacun des élus.
Précisons par ailleurs que certains groupes de travail ne sont pas compilés dans le présent exercice, par exemple la Société protectrice des animaux de la Mauricie, la Société de développement commercial ou encore Innovation et développement économique Trois-Rivières, car les ordres du jour de ces comités ne sont pas disponibles pour consultation par le public.
Résultats satisfaisants
Pour le maire Yves Lévesque, le résultat du bulletin de présence des élus est très satisfaisant, même s'il ne représente pas forcément l'ensemble du travail de l'élu, et ne peut non plus être gage de l'efficacité de la personne.
«Au niveau municipal, c'est très transparent. Il y a des ordres du jour, des procès-verbaux, tous les documents nécessaires au travail de l'élu sont fournis sans exception. Une personne peut très bien ne pas assister à une rencontre, mais si elle fait bien ses suivis, elle est au courant de tout ce qui se passe et a tous les éléments en main pour bien faire ses suivis et prendre ses décisions», rappelle-t-il.
M. Lévesque ne s'en cache pas: depuis des années, il n'assiste pratiquement jamais aux réunions du comité exécutif, même s'il y siège d'office. En 2016, il n'a été présent à aucune de ces 29 rencontres, où se prennent tout de même d'importantes décisions sur le développement de la ville et les investissements qui y sont réalisés.
«J'ai tous les documents en main pour pouvoir savoir ce qui se passe, et j'ai entièrement confiance en ceux qui ont été nommés pour siéger avec moi», lance celui qui a aussi cumulé un taux de présence de 81 % aux réunions du conseil municipal, avec 5 absences sur les 27 réunions ordinaires et extraordinaires de l'année 2016.