Denis McKinnon a décidé de retirer sa candidature à la mairie de Saint-Justin et d'appuyer François Gagnon.

Denis McKinnon retire sa candidature

Près d'un mois après avoir annoncé son retour en politique pour tenter de succéder au maire de Saint-Justin, Jean-Claude Gauthier, voilà que Denis McKinnon annonce son retrait de la course à la mairie pour appuyer le candidat François Gagnon, au détriment de l'autre aspirant, Michel C. Cousineau.
«J'ai eu l'occasion de le côtoyer par le passé sur différents comités et je suis convaincu qu'il saura rassembler autour de lui une équipe de conseillers et de conseillères représentant le renouveau dont Saint-Justin a tant besoin», a-t-il fait savoir.
Celui qui avait déjà occupé cette fonction de 2006 à 2013 dit partager les mêmes préoccupations que François Gagnon. «Nous partageons la même volonté de réunir les forces vives de Saint-Justin autour de projets communs pour construire le futur d'une façon positive. Saint-Justin a besoin de sang neuf. J'invite ceux et celles qui partagent cette vision à voter pour François, mais aussi à se présenter comme conseillers et conseillères aux élections du 5 novembre», a déclaré M. McKinnon.
Ce dernier avait pourtant annoncé officiellement sa candidature quelques jours avant François Gagnon. «Je regardais ce qui se passait, je discutais avec les citoyens, je voyais le travail qu'il faisait sur le terrain. Plutôt que de diviser le vote, j'ai voulu passer le message qu'on tire dans la même direction», a-t-il ajouté pour justifier son appui. Et pour lui, le candidat Cousineau «n'était pas du tout une option». 
Selon lui, Saint-Justin a besoin d'un maire et d'un conseil municipal qui rassemblent les citoyens autour d'un objectif commun, soit celui d'en faire une municipalité où il fait bon vivre. «Saint-Justin mérite mieux, c'est à nous de le démontrer en élisant une équipe positive et tournée vers l'avenir», renchérit M. McKinnon.
Pour sa part, François Gagnon ne cache pas qu'il s'agit d'un appui important. «Il m'a rencontré dimanche, j'étais bien content. On s'est donné la main. De toute façon, on n'est pas des ennemis dans la vie. On est une petite municipalité. On va continuer à vivre ensemble après. Ce n'est jamais à négliger, quelqu'un qui s'annonce publiquement en ma faveur. Il aurait pu se retirer et ne pas dire un mot. On ne peut pas rien dire contre ça», a-t-il confié au Nouvelliste
Ce conseiller sortant avait envisagé une lutte à trois, mais voilà que la campagne municipale se transforme en duel. «C'est différent. À trois, les gens disaient que les votes allaient être partagés, à deux, ça va être polarisé sur un côté ou sur l'autre. Nous autres, on continue à faire ce qu'on a commencé à faire, le porte-à-porte, notre programme, la philosophie qu'on veut avoir pour les quatre prochaines années», a indiqué M. Gagnon.
Appelé à commenter le ralliement de Denis McKinnon à l'endroit de son adversaire, Michel C. Cousineau prend acte de la situation.
«Ce sont des choses qui arrivent. Il y a des gens qui s'aperçoivent peut-être qu'ils n'ont pas de chance de rentrer. Comme ça, ils appuient quelqu'un d'autre. C'est leur privilège. Moi, je fais ce que j'ai à faire. On verra, les gens décident. On sait que les élections, c'est toujours une surprise. Moi, je fais ce que j'ai à faire, les autres font des choses différentes, tant mieux pour eux autres», a-t-il fait savoir. 
Ce candidat défait aux élections de 2013 dit avoir son plan d'action et le maintenir «envers et contre tous». «Je ne change rien. Si les autres décident de faire des choses différentes, c'est à eux autres de le faire, point à la ligne», poursuit-il.
Ayant occupé le poste de directeur général de 2009 à 2012, M. Cousineau pose un regard critique sur l'administration sortante. «Cela a mal été administré depuis au moins quatre, cinq ans. Je ne suis pas là depuis ce temps-là. On a besoin de reprendre en main la municipalité, on est en train de mourir à petit feu», croit-il.
Celui-ci se voit comme la personne toute désignée pour redonner espoir et «donner un sérieux coup de barre pour que la municipalité reprenne de la vigueur et qu'on rétablisse la réputation».
«Je suis un gars d'action et d'équipe. Si les gens décident de voter pour M. Gagnon, qu'ils y pensent comme il faut. Il a été sur le conseil pendant quatre ans et je me demande encore vraiment ce qu'il a fait. C'est un gars qui ne bouge pas beaucoup. Moi, je veux bouger, changer l'image, la façon de faire les choses, dynamiser la municipalité pour une plus grande participation citoyenne. Les gens ont un choix à faire», conclut le candidat Cousineau.