Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Déneigement: Shawinigan sévit

Devant la forte pression populaire, la Ville de Shawinigan met à l'amende l'entreprise Excavations R.M.G. pour les ratés observés dans les opérations de déneigement au cours des derniers jours dans certaines portions des secteurs Shawinigan-Sud, Saint-Georges et Lac-à-la-Tortue.
Un suivi serré sera effectué auprès de ce sous-traitant «pour l'aider à respecter son contrat», tandis que du côté de la direction de cette PME, cette sortie publique est très mal accueillie.
La Ville a publié un communiqué en début d'après-midi jeudi pour dénoncer la situation, une procédure pour le moins exceptionnelle. Le libellé ne laisse aucune place à interprétation.
«L'entrepreneur ne respecte pas l'ensemble des clauses liées au niveau de service de son contrat, ce qui amène des délais dans les opérations de déneigement, des rues complètement oubliées ou un déneigement qui ne répond pas aux normes de qualité de la Ville», tonne le communiqué de presse.
Jeudi après-midi, le maire, Michel Angers, n'avait pas le goût d'adoucir la version officielle.
«Nous avons un nombre important de plaintes de citoyens provenant des secteurs Lac-à-la-Tortue, Saint-Georges et Shawinigan-Sud», déplore-t-il. «Ce n'est pas la première fois qu'on intervient auprès de cette entreprise pour qu'elle sorte selon les devis.»
Pour le secteur Lac-à-la-Tortue, il s'agit de la troisième année d'un contrat de trois ans accordé à Excavations R.M.G. en juin 2014. L'automne dernier, la même entreprise avait obtenu le contrat de déneigement pour les secteurs Saint-Georges et Grand-Mère Est, ainsi que celui pour une partie du secteur Shawinigan-Sud, pour un an seulement dans les deux cas.
Le maire comprend le mécontentement des citoyens, qui observent des différences importantes dans le déneigement d'un secteur à l'autre.
«C'est inadmissible et on va prendre les moyens nécessaires pour que l'entrepreneur prenne ses responsabilités et assure le service pour lequel nous le payons.»
«Les conseillers reçoivent énormément d'appels et de courriels, nos contremaîtres aux Travaux publics suivent aussi la situation», ajoute le maire. «On n'était pas capable de régulariser la situation, alors on va prendre les moyens qu'il faut.»
«Très surpris»
Du côté d'Excavations R.M.G., Éric Provencher, directeur aux travaux de construction et au déneigement municipal, semblait éberlué par ce communiqué de la Ville de Shawinigan. 
«Au moment où on se parle, nous n'avons encore reçu aucune amende», fait-il remarquer. D'ailleurs, la Ville ne pouvait préciser, jeudi, le montant de cette pénalité.
«Deuxièmement, depuis le début de la saison, j'ai reçu zéro avis de non conformité», ajoute M. Provencher.
«Troisième chose, je suis en discussion constante avec la direction des Travaux publics à la Ville pour les opérations de déneigement. On s'est parlé la semaine dernière et la Ville était très satisfaite, sauf pour un point qu'elle aurait voulu qu'on fasse, mais qui n'était pas prévu au contrat.
Quand je me suis informé (jeudi après-midi) aux Travaux publics, on m'a mentionné qu'ils n'étaient pas d'accord avec le communiqué de presse, que ça venait de la haute direction!»
M. Provencher se demande si Excavations R.M.G. ne fait pas encore les frais des démêlés avec la Ville de Shawinigan au cours des dernières années, particulièrement au sujet d'un appel d'offres pour une excavatrice et surtout, pour l'exploitation d'une sablière litigieuse dans le quartier Sainte-Flore.
«Est-ce qu'il reste une petite rancune?», questionne M. Provencher. «Je me posais la question et je pense que je viens d'obtenir ma réponse.»
Le porte-parole de l'entreprise ne nie pas que ses employés en ont vu de toutes les couleurs après les accumulations des derniers jours.
«On ne se cachera pas, la dernière tempête en était une bonne», convient-il. «On aurait pu donner un meilleur service. Nous avons eu de la difficulté à bien desservir notre ville, mais selon nous, ce n'est pas catastrophique.»
D'ailleurs, Excavations R.M.G. possède pour une valeur de quatre millions de dollars en contrats de déneigement dans la région et M. Provencher assure que les donneurs d'ordres sont généralement satisfaits. 
«Pour Saint-Georges et Shawinigan-Sud, la Ville est allée en appel d'offres pour des contrats d'un an», souligne-t-il. «En tant qu'entrepreneur, pensez-vous qu'on va investir une fortune en équipements pour un an? Généralement, ce sont des contrats de trois ans, avec option jusqu'à cinq ans. La Ville est responsable de son propre malheur.»
M. Provencher craint que ce nouveau chapitre entraîne une autre histoire devant les tribunaux.
«On a hâte de voir l'amende et la façon dont la Ville va procéder», lance-t-il.
«C'est sûr que ça ne restera pas là. On en a assez. Il y a un gros manque de savoir-vivre de la haute direction de la Ville. Avec les Travaux publics pourtant, nous avions une très bonne entente. Je suis très surpris de cette façon de procéder.»