Le Drakkar de Baie-Comeau a pris les devants 2-0 dans la série qui l'oppose aux Cataractes de Shawinigan en l'emportant 3-1 samedi sur sa patinoire.

Cüpper mitraillé à Baie-Comeau

L'effort a été mieux senti que la veille, et l'écart a été considérablement réduit, mais les Cataractes n'ont pas été en mesure de créer une surprise samedi après-midi à Baie-Comeau. Mitraillé de 64 tirs, Marvin Cüpper a tout fait pour garder son équipe dans le match et il peut dire mission accomplie puisqu'elle a bataillé jusqu'à la dernière minute de jeu, avant d'abdiquer par la marque de 3-1.
À partir du moment où Alexandre Ranger a marqué le premier filet en milieu de première période, les Cataractes sont toujours restés dans le rétroviseur de leurs puissants rivaux. Moins occupé que Cüpper, Philippe Cadorette a réussi de gros arrêts lorsque la situation le commandait, et les deux clubs ont bataillé longtemps avec un seul filet inscrit au tableau indicateur.
Puis, Gabriel Verpaelst a fait bondir la foule de 2900 personnes en doublant l'avance de son club au milieu de la troisième, une séquence qui aurait pu freiner les jeunes visiteurs, mais qui les a finalement crinqués davantage.
Ces derniers ont finalement été récompensés par le filet d'Alex Filiatrault inscrit avec un peu plus de deux minutes à écouler au duel. Malheureusement pour les équipiers de Martin Bernard, Sébastien Gauthier a ensuite écopé d'une mauvaise pénalité et les Cataractes ont terminé le match en désavantage numérique, une situation qui a permis à Charles Hudon de renvoyer tout le monde à la maison avec un but marqué dans un filet désert.
«On a été plus combatifs que la veille. C'était la consigne avant le début de la série, de s'améliorer de match en match, et elle a été suivie. On affronte une équipe qui est plus mature de trois ans, à qui on concède une vingtaine de livres par joueur. J'ai aimé notre façon de réagir après les réunions tenues entre le premier et le deuxième match», analysait Bernard, qui ne se soucie guère du fait que son club a inscrit une nouvelle marque de concession peu enviable en permettant 63 lancers aux locaux. «Le nombre de lancers, ce n'est pas quelque chose qui nous dérange, surtout avec un gars comme Marvin Cüpper. Le principal, c'est qu'on a été meilleurs qu'hier.»
Des joueurs encouragés
«Le premier match n'a pas été facile, mais le deuxième nous a permis de prendre le rythme. Il ne manquait pas grand-chose pour le gagner, on était proche. On revient à la maison avec un peu plus de confiance, où nous seront très heureux de retrouver nos partisans.»
C'était exactement le même constat réalisé par le vétéran Alex Filiatrault. «Il y avait beaucoup d'ambiance ici à Baie-Comeau, on espère maintenant que les fans vont venir nous appuyer chez nous. On a montré qu'on avait du caractère aujourd'hui, ce match aurait pu aller d'un bord comme de l'autre. Il faut toutefois trouver une façon d'offrir moins d'avantages numériques au Drakkar, qui dispose du meilleur jeu de puissance dans la ligue.»
Le capitaine Félix-Antoine Bergeron s'encourageait lui aussi de la prestation de son club. «On a été dans le match jusqu'à la dernière minute. En mettant un peu plus de trafic au filet, on va améliorer notre efficacité en attaque. Reste que nous avons mieux compétitionné que la veille, et qu'il faut voir ce match d'un oeil positif.»
Dans l'autre camp, Éric Veilleux avait une lecture un peu différente. Selon lui, le pointage n'indique pas du tout l'allure de la rencontre. «On a mieux joué que la veille. On a totalisé à peu près 65 lancers, à un moment donné... On a eu la rondelle souvent, on a été en contrôle tout au long du match», résumait le pilote du Drakkar.
«Cüpper a été bon, mais plusieurs de nos lancers ont raté la cible. Et on a frappé trois poteaux en première. Faut dire que les gars n'ont pas respecté le plan tracé avant le début de la série pour le battre, contrairement à vendredi. Ce fut un bon match pour nous, moins serré que le pointage ne le laisse croire. On sait par contre que plus la série va avancer, plus les matchs seront serrés.»
Les deux clubs se retrouvent mardi, cette fois au centre Gervais Auto à Shawinigan.